LE DIRECT

Clément Rosset , le réel et la joie, avec Raphaël Enthoven

30 min
À retrouver dans l'émission

Clément Rosset et Raphaël Enthoven
Clément Rosset et Raphaël Enthoven
Clément Rosset et Raphaël Enthoven © C.Abramovitz/RF « Le réel est un piège qui ne prend personne par surprise. Mais l'esprit des hommes est ainsi fait que ceux-ci s'estiment presque toujours trahis et pris de court par une réalité qui s'était pourtant annoncée à l'avance et en toutes lettres. C'est, bien souvent, le sentiment d'être trompé qui est trompeur. La nature des choses consiste en les choses, et en elles seules. Il n'est, il n'a jamais été ni ne sera jamais de présence que du présent. La saveur de l'existence est celle du temps qui passe et change, du non-fixe, du jamais certain, inachevé ; c'est d'ailleurs en cette mouvance que consiste la meilleure et plus sûre permanence de la vie... La réalité n'est tolérable que dans la mesure où elle réussit à se faire oublier. Le narcissique souffre de ne pas s'aimer, il n'aime que sa représentation. Moins on se connaît, mieux on se porte. Frémir de bons sentiments, c'est bouillir de rage. La joie constitue la force par excellence, ne serait-ce que dans la mesure où elle dispense précisément de l'espoir.

 Sois l'ami du présent qui passe, le futur et le passé te seront donnés par surcroît. » Clément Rosset Né dans les années 30, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, Clément Rosset obtient à vingt ans l'agrégation de philosophie (malgré la parution, le jour de son dernier oral, d'un grand article dans « Le Monde » sur son tout premier livre). Il conduit ensuite une honorable carrière universitaire principalement à Nice, avant de prendre une retraite anticipée qu'il consacre à ciseler des ouvrages toujours plus brefs, incisifs et désopilants sur le thème du « double ». Il est aujourd'hui adoré du petit nombre de ses lecteurs qui lui reconnaissent le double mérite d'être à la fois un philosophe culte et (encore) confidentiel. Avec son dernier livre en date - « Fantasmagories » - celui qu'on surnomme « le gai savant » choisit de mettre un point final à une réflexion commencée trente ans plus tôt par « Le Réel et son Double », et qui, sur une quinzaine d'ouvrages truffés d'histoires drôles, dresse le portrait d'une humanité désemparée, incapable d'accepter l'indifférence tragique du monde et la joyeuse simplicité de toute chose. « On ne demande pas au philosophe de nous donner des raisons de vivre » répète-t-il à l'envi. De fait, vous n'en trouverez aucune dans ses livres. Mais peut-être trouverez-vous, au gré de ces "à voix nue" en sa compagnie, de quoi vous satisfaire du monde comme il est, et sourire, simplement, de la vie comme elle va. RE
L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......