LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Daniel Cohn-Bendit
Épisode 4 :

Le temps des mandats

30 min
À retrouver dans l'émission

Daniel Cohn-Bendit est l’icône de mai 1968 et pourtant, ni communiste, ni trotskiste, ni maoïste, il tranchait déjà avec les autres gauchistes. Celui qui depuis 2014 n’exerce plus de mandat politique, revient sur le parcours qui a fait de lui un "radical-réformiste" fondamentalement européen.

Daniel Cohn-Bendit
Daniel Cohn-Bendit Crédits : Kenji-Baptiste Oikawa

Par Virginie Bloch-Lainé. Réalisation : Laurent Paulré. Attachée de production : Claire Poinsignon.

Daniel Cohn-Bendit demeure en Allemagne y compris après la levée de son interdiction de séjour, puisqu’il est amoureux d’une Allemande et construit sa vie là-bas. Il dirige un journal à Francfort, Pflasterstrand.

En 1983, à 39 ans, il vote pour la première fois de sa vie, et se prononce pour les Grünen, les Verts. Il a les mains moites en mettant son enveloppe dans la boîte. En 1984 il est élu député européen des Grünen, et sera en 1994 député européen pour les Verts français.

Entre 1989 et 1994, comme adjoint au maire de Francfort, il dirige l’office des Affaires Multiculturelles de la ville, c’est-à-dire le bureau de l’immigration, qu’il a créé. La mairie est aux mains d’une coalition entre les Verts et les sociaux démocrates.

Cette capacité à discuter avec ceux qui ne sont pas de son bord politique, ainsi que son goût de la concorde entre les êtres en font un homme politique apprécié. Lorsqu’il démissionne du parlement, en avril 2014, lui et les autres députés sont émus.

Intervenants
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......