LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Dick Annegarn dans un salon de La Maison de la Poésie, à Paris.
Épisode 2 :

Les débuts de Benedictus

29 min
À retrouver dans l'émission

Le Hollandais devenu gascon d’adoption, raconte son attachement au verbe, à la sensualité du français, à l’anglais que parlaient ses parents et surtout à l’arabe, sacré et poétique. Récit d’un chanteur qui a beaucoup "itinéré" à bord d’une péniche sur la Marne, au Maroc ou au Cambodge.

Dick Annegarn dans un salon de La Maison de la Poésie, à Paris.
Dick Annegarn dans un salon de La Maison de la Poésie, à Paris. Crédits : Matthieu Conquet

Par Matthieu Conquet. Réalisation : Vincent Decque. Avec la collaboration de Claire Poinsignon.

Dick Annegarn analyse le sens de son prénom Benedictus, revient sur l’école européenne, la seule qu'il ait connu, les langues qui vont le former. L’anglais que parlaient ses parents, leur rencontre à Londres, la résistance, furent aussi fondateurs pour cet esprit critique et polyglotte.

La Hollande apparaît comme le pays de la solitude, la France comme celui d’une certaine sensualité. Dick Annegarn évoque ses débuts à Paris, la scène folk rue Quincampoix, le centre américain bd Raspail, la rue où il chante, Maxime LeForestier qui lui présente Jacques Bedos, figure majeure de la production de disques des années 70. L’ancien étudiant agronome se définit contre les hippies et se défend de certains contresens nés de ses chansons.

Sa page sur le site du label Tôt ou tard.

Bibliographie

Twist de Dick Annegarn

TwistDick AnnegarnMusique Sauvage, 2016

Intervenants
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......