LE DIRECT
Dounia Bouzar, anthropologue, spécialiste de l'islam en 2010
Épisode 1 :

De l'enfance à l'engagement

29 min
À retrouver dans l'émission

Y-a-t-il une vie après Daesh ? C’est en tout cas ce qu’espère Dounia Bouzar, infatigable anthropologue confrontée, depuis toujours, à la radicalité. S’envisageant comme un perpétuel trait d’union, elle n’a jamais cessé de vouloir recoudre des plaies béantes.

Dounia Bouzar, anthropologue, spécialiste de l'islam en 2010
Dounia Bouzar, anthropologue, spécialiste de l'islam en 2010 Crédits : CAPMAN/SIPA

Par Alain Lewkowicz. Réalisation : Vincent Abouchar. Attachée de production : Claire Poinsignon.

Anthropologue du fait religieux et des phénomènes de radicalisation qu’elle dénonce et combat depuis plus de 15 ans, Dounia Bouzar semble avoir enfin achevé la longue traversée d’un désert aride dans lequel personne ne semble avoir entendu les sonnettes d’alarmes qu’elle n’a eu de cesse de tirer : celui de la surdité et de l’aveuglement politique, celui de la discrimination et du laxisme. En 2012, l’affaire Merah allait la projeter sur le devant d’une scène politico-médiatique qui feignait de découvrir la réalité d’un islam radical au service du terrorisme. Et puis il y a eu « Charlie » et « l’hyper-cacher » en janvier 2015, les attentats de Paris du 13 novembre de la même année et ceux de Bruxelles du 22 mars 2016. Dans le même temps, plus de 1 000 jeunes Français partaient faire le djihad en Syrie et parmi eux, un tiers de jeunes filles et de femmes. Les dispositifs répressifs se mettent en place tandis que les acteurs sociaux tentent d’éteindre les flammes d’un incendie néanmoins prévisible. Pourtant, Dounia Bouzar, qui avait fondé l’Institut Pédagogique sur le Fait Musulman dont l’objectif était de réconcilier l’islam et la République, a repris son bâton de pèlerin en fondant le CPDSI, le Centre de Prévention contre les Dérives Sectaires liées à l’Islam. Son but : déradicaliser une jeunesse égarée avec l’aide des 1 500 familles qui lui ont déjà fait confiance. Une équipe, une méthode et une victoire pour cette femme de 52 ans dont l’histoire ne semble jamais avoir voulu porter autre chose que les germes de ses combats.

Intervenants
  • anthropologue, directrice générale du Centre de Prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam (CPDSI)
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......