LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Gérard Depardieu en 1987 lors de la sortie de Sous le soleil de Satan (Maurice Pialat)
Épisode 3 :

Malaise dans l'art

29 min
À retrouver dans l'émission

C’était à la fin de l’automne, Gérard Depardieu avait accepté de consacrer près de trois heures de son temps, chez lui, pour se raconter. Il évoque aujourd'hui sa passion première, le cinéma, offrant un regard désabusé sur l'état actuel du monde artistique et cinématographique.

Gérard Depardieu en 1987 lors de la sortie de Sous le soleil de Satan (Maurice Pialat)
Gérard Depardieu en 1987 lors de la sortie de Sous le soleil de Satan (Maurice Pialat) Crédits : Julio Donoso/Sygma - Getty

Dans cet entretien, Gérard Depardieu nous parle de sa "boulimie infernale" de cinéma, lui qui a joué dans plus de 170 films et dit avoir "du mal à vivre entre deux films". Il évoque avec nostalgie ses compagnons de route disparus (Pialat, Truffaut, Carné, Toscan du Plantier...), mais encore si présents pour lui :

Ils ne sont pas morts, ils font partie de ma vie, ils m'accompagnent. Ce n'est pas parce que quelqu'un ne respire plus en même temps que toi qu'il est mort. Je les vois, je leur parle. 

Il considère qu'il est difficile de trouver aujourd'hui des cinéastes aussi talentueux. Il nous livre ainsi son analyse sur le cinéma actuel, amer et dépité :

Une salle de cinéma, maintenant, ça me fait chier. Les DVD m'emmerdent. Ce que j'aime, c'est les séries.

Féru d'art, passionné par Miro, Picasso, Bacon ou encore Brancusi, Depardieu élargit sa critique à l'art contemporain de manière plus générale, qui pâtit selon lui d'une trop grande vulgarisation - tout le monde pouvant se proclamer artiste :

Tu as un pauvre gamin qui fait une crotte d'oiseau et il dit "Ah ! Un chef d'oeuvre". Non. 

L'acteur nous parle aussi de religion et de philosophie, convoquant tour à tour la Bible, le Coran, Moïse et Saint-Augustin. 

Par Jean-Michel Djian. Réalisation : Anne-Pascale Desvignes. Prise de son : Patrice Klein. Avec la collaboration de Claire Poinsignon.

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......