LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Gérard Depardieu pour "Saint Amour", Berlinale, le 19 février 2016
Épisode 4 :

De la décadence moderne

27 min
À retrouver dans l'émission

C’était à la fin de l’automne, Gérard Depardieu avait accepté de consacrer près de trois heures de son temps, chez lui, pour se raconter. Il propose aujourd'hui un discours acrimonieux sur les sociétés occidentales modernes.

Gérard Depardieu pour "Saint Amour", Berlinale, le 19 février 2016
Gérard Depardieu pour "Saint Amour", Berlinale, le 19 février 2016 Crédits : Julia Liebscher - Getty

Peu avare en matière de commentaires politiques, Gérard Depardieu aborde ici longuement la question de la politique française, en s'intéressant tantôt à la République et à la validité de sa devise - une utopie qui n'est pas devenue réalité -, tantôt à la montée du Front national, qu'il considère désormais comme une fatalité, tantôt au travail des politiciens :

La responsabilité des politiques fait qu'ils deviennent de plus en plus cons. Il n'y a rien à espérer de la politique. Je ne crois pas aux gens qui veulent faire le bien pour les autres. Pourtant moi, j’ai décidé de faire le bien, je le fais à ma façon... Et vous voyez, je ne fais pas de politique !

C'est globalement une vision sombre de l'Occident, qui est selon l'acteur proche de sa fin, qui ressort de ces propos. C'est aussi une manière pour lui de justifier son départ pour la Russie, et ses rapports avec Vladimir Poutine :

Aujourd'hui, il y a plus de cons qu'avant, alors je suis obligé de m'éloigner. 

On a ici affaire à un Depardieu plutôt morose, qui partage aussi ses réflexions sur la religion et sur la mort :

L'absence n'est jamais le vide. La mort n'est pas fascinante, elle est normale. C'est grâce à elle, à la peur qu'elle suscite, que les gens existent. 

Comme toujours, l'acteur dilue ces sujets complexes dans l'évocation de ses plaisirs épicuriens, des bons vins, de son potager, de la télévision ou des séries américaines.

Par Jean-Michel Djian. Réalisation : Anne-Pascale Desvignes. Prise de son : Patrice Klein. Avec la collaboration de Claire Poinsignon.

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......