LE DIRECT
Guy Bedos le 5 décembre 2016.
Épisode 2 :

Guy Bedos : "La rencontre est un hasard. Le hasard a un talent fou dans ma vie !"

28 min
À retrouver dans l'émission

Deuxième moment de la série "A voix nue" en compagnie de Guy Bedos. Aujourd'hui, il raconte ses débuts au théâtre à l'école de la rue Blanche à l'âge de 17 ans, il se souvient de l'ambiance unique de Saint-Germain-des-Prés, du hasard des rencontres et de sa réforme du service national en 1954.

Guy Bedos le 5 décembre 2016.
Guy Bedos le 5 décembre 2016. Crédits : Joël Saget - AFP

En juin 1949, à l’âge de quinze ans, Guy Bedos quitte l’Algérie qui est loin d’être indépendante. Le jeune homme veut devenir artiste comme l’oncle star de Radio Alger. Et même s’il n’a jamais vu une pièce de théâtre de sa vie, il est reçu à l’école d’Art Dramatique de la Rue Blanche en 1952, où il rencontre Jean-Pierre Marielle, Jean-Paul Belmondo et Jean Rochefort. Le théâtre de Molière, Marivaux et Musset lui sert de thérapie. Guy Bedos rencontre Jacques Prévert qui lui donne envie d’écrire, avec des mots qui cognent et qui dénoncent.  Sauf que la guerre d’Algérie rattrape le jeune comédien. Bedos a vingt ans et refuse de faire son service militaire. Le déserteur fait son premier acte de désobéissance politique.

Dans ce second entretien d'"A voix nue", Guy Bedos relate son entrée à l’école d'art dramatique de la rue Blanche à Paris, vers ses 17 ans : "Je me suis vautré dans Marivaux, Musset, Molière, Shakespeare."

J'ai quitté le lycée, je n'ai pas passé mon bac. Je suis plutôt un autodidacte. Ma faculté à moi ça a été les bibliothèques, c'est la lecture de toute sorte. Je dois beaucoup aux écrivains et philosophes que j'ai lus.

Il raconte comment il s'est mis à écrire des sketchs, "je crois que j'étais doué pour ça !" à la demande de Jacques Prévert précise-t-il, "c'est Prévert qui m'a convaincu d'écrire". Il se souvient de l'ambiance "magnifique" de Saint-Germain-des-Prés à l'époque.

Je rencontre beaucoup de jeunes gens, pris de panique comme ils sont en ce moment, ils ont tendance à fréquenter utile. Moi, pas, je n'ai jamais été comme ça. Ça a toujours été par hasard.

Guy Bedos se souvient encore avec force de son exemption pour cause d'inaptitude au service militaire au début de la guerre d'Algérie.

Je me suis servi de mes petits talents d'acteur et aussi d'une extraordinaire conviction : je ne voulais pas faire cette guerre, je ne voulais pas rester dans cette caserne, je ne voulais pas être militaire.

Par Laurence Garcia. Réalisation : Anne-Pascale Desvignes. Prise de son : Patrice Klein. Avec la collaboration de Claire Poinsignon.

Intervenants
L'équipe
Production
Coordination
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......