LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le Général de Gaulle à l'inauguration de la Maison de la radio le 14 décembre 1963.
Épisode 2 :

"Je suis un enfant de la radio"

27 min
À retrouver dans l'émission

Lucien Attoun, homme de radio et de théâtre, est l'invité de l'émission "A voix nue". Dans ce deuxième entretien, il raconte l'ambiance du Quartier Latin au tournant des années 1950, comment il a commencé à écrire sur le théâtre puis à devenir producteur à la radio pour France Culture en 1969.

Le Général de Gaulle à l'inauguration de la Maison de la radio le 14 décembre 1963.
Le Général de Gaulle à l'inauguration de la Maison de la radio le 14 décembre 1963. Crédits : Reporters associés/Gamma-Rapho - Getty

Dans ce deuxième épisode d'"A voix nue", Lucien Attoun évoque le Quartier Latin des années 1955-1960 et notamment le café Le Tournon à côté du Sénat où il avait l'habitude de croiser des écrivains américains chassés par le macchartysme comme Richard Whright, Chester Himes, James Baldwin ou encore des comédiens comme Laurent Terzieff.

Le futur grand critique de théâtre que deviendra Lucien Attoun, se souvient du "choc" reçu lors d'une présentation à Bruxelles de l'Antigone de Brecht dont "personne ne connaissait l'existence". "Je traduis ce choc en écrivant un papier comme ça, pour moi", raconte-t-il comme s'il n'en revenait toujours pas, article qui fut publié par la suite dans la revue Europe. En parallèle, à la fin des années 1950 il côtoie le milieu de la radio dont il se sent très proche. "Je rêvais avec la radio, tout ce que j'ai pu entendre, tout ce que j'ai pu voyager !", confie-t-il, "la radio ça a été mon univers".

A la fin des années 60, Lucien Attoun devient chroniqueur radio en tant que spécialiste du théâtre contemporain, avant de devenir lui-même producteur de l'émission "Le nouveau répertoire dramatique" qui commença en 1969.

Le micro était perché au plafond et nous étions debout et nous savions qu'il y avait un micro qui venait nous chercher. Et tout d'un coup, vous aviez le sentiment, en tout cas, moi j'avais le sentiment que mes paroles allaient avoir une vocation sidérale ! Il fallait que je fasse attention à ce que je disais, parce que ce ne sont plus des paroles en l'air. Et c'est quelque chose qui m'a beaucoup frappé. Quand je me suis mis à faire de la radio pour de bon, pour de vrai, j'ai toujours pensé que j'avais un auditeur qui me suivait, toujours le même et qui pouvait m'appeler pour me dire : "Attention, tu te répètes." Et ça c'est très important.

Par Blandine Masson, réalisation Anne-Pascale Desvignes. Avec la collaboration de Claire Poinsignon.

Intervenants
  • ancien producteur à France Culture et ancien directeur de Théâtre Ouvert
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......