LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Maurice Garrel (1/5)

27 min
À retrouver dans l'émission

Par Dominique Féret; réalisation Dominique Costa. Avec la collaboration de Claire Poinsignon.

Maurice Garrel est né le 24 février 1923 à Saint Gervais dans l’Isère. Enfant, il grandit au Maroc, ce qui le marque profondément. Il se considèrera toujours comme un françaoui, c’est-à-dire un petit Français du Maroc, né en métropole. Très tôt, il est sensible au sort des Arabes, des Berbères, des Juifs qu’il côtoie dans son pays d’adoption. C’est là qu’il apprend à parler la langue arabe qu’il est toujours fier de pouvoir pratiquer.

Vers l’âge de vingt ans il quitte le Maroc pour participer à la campagne d’Italie menée par le général de Lattre, sous les ordres du sous-lieutenant Michel Jobert.

C’est en tenue militaire, avec sa capote encombrante, après la Libération, qu’il se présente au cours de théâtre du maître le plus réputé de l’époque : Charles Dullin. Avec un accent provençal et une diction ampoulée légués par son premier professeur d’art dramatique, il déclame le rôle de Burrhus chez Racine, et fait bien rire ses futurs camarades. Dullin lui dit qu’il n’a pas besoin de trop s‘attarder dans les écoles de théâtre, et c’est ainsi qu’il commence assez tôt sa carrière d’acteur. Il interprète les pièces de Claudel, Adamov, Buzzati, Brecht, Synge. Dans ces années d’après guerre, sa rencontre avec l’exigeant metteur en scène Jean-Marie Serreau trace la voie d’un comédien délicat qui alternativement sera présent sur les plateaux de théâtre, de cinéma et de télévision.

C’est à cette époque aussi qu’il côtoie Roger Blin, Georges Vitaly, Claude Régy, Daniel Emilfork, Antoine Vitez, Jean Vilar. Chez Tania Balachova où il prend d’abord quelques cours, il enseigne à Michel Lonsdale et Jean-Louis Trintignant.

Dans les années 60 en même temps qu’il participe à la grande aventure de la télévision de qualité avec Jean Prat, Claude Goretta, il joue au cinéma sous la direction des Rozier, Cavalier, Deville, Gavras, Doniol-Valcroze. En 1967, il joue dans le premier film de son fils Philippe, « jeune Rimbaud du cinéma ». Il sera l’interprète fidèle et admiratif de presque tous ses films.

Dans les années 80, il joue entre autres au théâtre sous la direction de Jacques Lassalle, Klaus Michael Grüber.

Plus récemment on l’a vu dans les films de Christian Vincent (La Discrète), Arnaud Desplechin (Rois et Reine) et de son ami Michel Piccoli (Alors voilà).

En avril 2011, au salon Roger Blin du Théâtre de l’Odéon, puis au Théâtre de la Madeleine, il reprend le rôle du général de Gaulle qu’il avait créé au Théâtre National de Strasbourg en 1987 (dans un spectacle de Dominique Féret). Maurice Garrel, homme de gauche, est immensément admiratif de l’écrivain, de l’artiste et de l’homme de Gaulle.

Pendant ces cinq entretiens, nous ferons connaissance d’un conteur fin, drôle, parfois cruel, toujours brillant.

1) L'enfance

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......