LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Michael Lonsdale en 2012.
Épisode 1 :

Michael Lonsdale : "Ce n'est pas moi qui m'intéresse, c'est d'être les autres"

27 min
À retrouver dans l'émission

Première partie de la série "A voix nue" consacrée à Michael Lonsdale. Le comédien raconte ses souvenirs d'enfant illégitime, sa grand timidité, sa difficulté de se mettre en colère pendant les cours d'art dramatique, son attrait pour l'improvisation.

Michael Lonsdale le 18 septembre 2012.
Michael Lonsdale le 18 septembre 2012. Crédits : Joël Saget - AFP

Mythique comédien, acteur singulier, artiste éclectique… les médias ont paru découvrir soudain Michael Lonsdale comme un continent ignoré. Or il est parmi nous depuis un demi-siècle, sur scène en compagnie de ceux qui inventèrent le théâtre présent de Beckett à Tchékov, de Duras à Koltès, au micro du lecteur, feuilletant nos plus précieuses bibliothèques ou traversant le cinéma contemporain comme on fait l’école buissonnière, en quelques 120 films qui vont de l’avant-garde des Hanoun, Rivette, Bunuel, Duras, à la cavalerie hollywoodienne des James Bond et des Spielberg, en passant par les vagues successives du cinéma français. Il était là, et certains ne le distinguaient pas, alors qu’il se faisait de plus en plus proche du public, discrètement, comme un oncle conteur de fable, ou un grand animal attentif, puissant, dont les humeurs seraient redoutables, peut-être, si on ne l’avait pour ami. Le rendez-vous de Tibhirine, par le succès inattendu du film « Des hommes et des dieux », est venu faire éclore au grand jour cet attachement secret en même temps que libérer en lui, chrétien, une parole pudiquement contenue. Il était grand temps, pour nous, de nous arrêter quelques heures en sa compagnie.

Par Luc de Goustine. Réalisation Anne-Pascale Desvignes. Avec la collaboration de Claire Poinsignon.

Dans ce premier entretien des "A voix nue", Michael Lonsdale se rappelle de ses débuts à l'âge de 13 ans dans des émissions pour enfants sur Radio-Maroc.

Je me rappelle très bien mon premier rôle, c'était Atchoum dans "Blanche Neige et les Sept Nains".

Enfant illégitime, il a été caché par sa mère qui ne voulait pas l'avouer à sa famille, il dit avoir été "la honte" de cette histoire familiale. Ils durent s'exiler sur l'île de Jersey pour ne pas déplaire au père. Il s'interroge sur la marque de cette illégitimité sur son inconscient et son devenir de comédien qui se montre et s'impose.

De ses cours chez Tania Balachova, il dit avoir apprécié tout particulièrement les exercices d'improvisation qui lui donnaient "la liberté d'exprimer, l'ouverture, l'invention". Il confie travailler très peu ses rôles, "pour moi c'est quelque chose d'imminent, tout de suite".

J'obéis aux metteurs en scène quand ils me disent quelque chose, bien sûr. Au début ils m'ont dit beaucoup de choses mais François Truffaut a été le premier à me laisser improviser. J'étais très mal au début, j'étais plus à l'aise au théâtre mais le cinéma j'y allais des fois comme un chemin de croix. J'avais un tel trac, j'étais mal, malhabile.

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......