LE DIRECT
Princes et Princesses, de Michel Ocelot (2000).
Épisode 4 :

Une nouvelle carrière de lumière et d’ombre

29 min
À retrouver dans l'émission

Avec le triomphe de son personnage de bébé africain nu, Michel Ocelot a donné une nouvelle impulsion à un secteur qui ne s’adresse pas qu’au jeune public. Il est depuis lors le réalisateur de films d’animation français le plus en vue. Avec un style bien à lui, qu'il commente pour nous ici.

Princes et Princesses, de Michel Ocelot (2000).
Princes et Princesses, de Michel Ocelot (2000). Crédits : pedagogie.ac-toulouse.fr

Michel Ocelot revient dans cet entretien sur ses choix cinématographiques, après les Aventures de Gédéon. Des films comme Ciné Si (1989), ou plus tard Princes et Princesses (2000), constituent une mise en abîme du travail du réalisateur, avec un jeune garçon et une jeune fille qui se documentent pour inventer des décors, des costumes, et des histoires qu’ils jouent eux-mêmes. Au cœur de ce projet se trouve la volonté du réalisateur de donner aux enfants l'envie de jouer, de se déguiser, de créer :

J'ai été un enfant qui ne s'est jamais ennuyé, qui s'est toujours occupé de quelque chose, qui a toujours bricolé. C'était ma meilleure télévision - que je n'avais pas à la maison. J'ai vraiment envie de pousser les jeunes générations à s'activer, à créer, à faire quelque chose, et à ne pas s'asseoir passivement dans un fauteuil en face d'un écran. 

Le réalisateur explique son choix de prédilection pour le papier découpé et les silhouettes noires - d'abord une question d'économie, mais pas seulement puisque "maintenant qu'[il] [est] riche et célèbre, [il] continue quand même" :

C'est pur, c'est extrême, c'est une nuit magique où tout peut arriver.

Michel Ocelot dit aussi dans cette émission son goût pour les contes :

Grâce au conte, je fais deux choses : je dis des choses que j'ai envie de dire, mais je les dis d'une jolie manière. Je veux instruire, mais aussi donner du plaisir. 

Le conte est aussi un cheval de Troie. Les gens ne se méfient pas, en particulier les adultes. Je leur rentre dedans parce qu'ils oublient leurs armures et leurs boucliers : comme c'est un film pour enfants, ils ne se défendent pas, et je les ai. Car c'est les adultes que je fais pleurer. 

Cette émission nous permet ainsi de plonger dans l'univers cinématographique de Michel Ocelot, de comprendre ses choix et ses évolutions. 

Par Corinne Renou-Nativel. Réalisation : Anne-Pascale Desvignes. Attachée de production : Claire Poinsignon.

Intervenants
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......