LE DIRECT
Michel Rocard avec François Mitterrand, le 1er mai 1990.
Épisode 4 :

Gouverner avec Mitterrand

28 min
À retrouver dans l'émission

L'ancien premier ministre de François Mitterrand revient sur la période de "cohabitation" avec son meilleur ennemi: sa période à Matignon entre 1988 et 1991 sera l'occasion d'éprouver chaque jour la différence de style et de pratique politique entre les deux hommes.

Michel Rocard avec François Mitterrand, le 1er mai 1990.
Michel Rocard avec François Mitterrand, le 1er mai 1990. Crédits : Daniel Janin. AFP

Par Jean-Michel Djian. Réalisation : Manoushak Fashahi. Prise de son : Frédéric Cayrou. Avec la collaboration de Claire Poinsignon

4) Gouverner avec Mitterrand

Sur la chute du mur de Berlin

« François Mitterrand craint beaucoup l’accélération de l’Histoire. Il trouve que ce qui se fait vite, produit des déséquilibres et que le déséquilibre est le synonyme de danger en politique. Il craint beaucoup l’instabilité. »

« François Mitterrand était un peu de le genre d’homme avec qui la formation de désaccord confinait au crime de lèse majesté. Ma survie de Premier ministre dépendait de sa seule décision. Or, j’avais quantité de choses commencées que je voulais continuer. Il faut du temps pour l’efficacité de l’art de gouverner. J’ai préservé mon temps beaucoup. J’ai même eu l’accusation de l’avoir trop fait. »

« Ma mise à l’écart de la politique étrangère est constitutionnelle et mitterrandienne. »

Sur la réforme de l’orthographe

« Notre idée avec la commission de l’orthographe au conseil supérieure de la langue française, c’est de simplifier, rendre l’enseignement plus facile, rendre le français plus aisément traductible automatiquement, plus commercialisable […] Je n’ai jamais rien fait d’aussi rigolo, jamais rien fait d’aussi violent. C’est pittoresque et franco-français de manière absurde. Lorsque que Jean Dutour ou Cavanna osent écrire n’importe quoi pour le ridiculiser, ils montrent aussi une souffrance : la langue française avec son orthographe absurde, était pour eux sacrée. C’est parce que c’est sacré qu’on ne peut plus y toucher, et c’est parce qu’elle est immobile, qu’elle dépérit. »

Intervenants
  • ancien Premier ministre socialiste de François Mitterrand
L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......