LE DIRECT
Michel Vinaver, le 13 octobre 2015
Épisode 1 :

"J'ai toujours, je crois, eu cette particularité d'être dans des choses contradictoires"

29 min
À retrouver dans l'émission

Premier entretien d' "A voix nue" avec l'auteur Michel Vinaver qui revient sur ses premières années d'écriture juste après la guerre, sous les regards bienveillants d'Albert Camus et Roland Barthes qui lui ont donné l'envie et la motivation pour approfondir son travail de création littéraire.

Michel Vinaver, le 13 octobre 2015
Michel Vinaver, le 13 octobre 2015 Crédits : Eric Feferberg - AFP

Dans ce premier entretien de la série "A voix nue", le grand dramaturge Michel Vinaver raconte que depuis son enfance il avait "dans l'idée de devenir écrivain" et c'est un professeur d'université qui l'a "propulsé dans l'écriture de fiction" alors qu'il n'osait pas se lancer. Il évoque ainsi toutes les grandes rencontres qui ont fait de lui un écrivain, notamment Albert Camus qu'il côtoie à partir de 1946. Il parle de la "déflagration" qu'a été pour lui la lecture de L'Etranger. En devenant son ami, il dit qu'Albert Camus l'a tout simplement "légitimé dans cette ambition ridicule d'un tout jeune homme qui n'avait rien à dire et qui voulait quand même dire quelque chose".

Je crois qu'on est fait de fibres différentes et contradictoires. L'une de mes fibres c'est effectivement ce qui a fait déflagration pour moi quand j'ai découvert L’Étranger. J'ai lu je crois L’Étranger sur le bateau qui m'a ramené de France à New York à la suite de mon petit stage dans l'armée française. Dans L’Étranger, j'ai trouvé quelque chose mais j'étais aussi dans Dada par exemple et Dada et Camus, ça n'a rien à voir. J'ai toujours, je crois, eu cette particularité d'être dans des choses contradictoires et qui n'étaient pas nécessairement reliées ni logiquement, ni esthétiquement.

Son premier roman a répondu à "une démarche d'auto-initiation", en répondant à la question de "comment s'autoriser soi-même à être". Il évoque ensuite sa rencontre essentielle qu'il a provoquée avec Roland Barthes quelques mois après Albert Camus, suite à la lecture d'un de ses textes Le degré zéro de l'écriture paru en 1947 : "J'ai découvert dans ce texte la personne qu'il fallait que je rencontre à ce moment-là." C'est ainsi qu'il a pu continuer dans l'écriture théâtrale après le refus par le milieu de la scène de sa pièce Les Coréens.

  • "A voix nue"
  • Première diffusion le 01/07/2013
  • Producteur : Caroline Broué
  • Réalisation : Anne Pascale Desvignes
  • Indexation web : Odile Dereuddre, de la Documentation de Radio France
Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......