LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Miriam Cendrars (1/4) - Rediffusion

27 min
À retrouver dans l'émission

Miriam Cendrars
Miriam Cendrars
Miriam Cendrars © Par Thomas Baumgartner; réalisation Bruno Sourcis. **Miriam Cendrars** est une passeuse. Elle s'est donné comme mission (à moins qu'elle ne l'ait "reçue" ?) de transmettre le souvenir et l'oeuvre de son père **Blaise Cendrars** , disparu le 21 janvier 1961.Blaise Cendrars, c'est l'homme des "Pâques à New-York", du Transsibérien, de "L'Or", de "Moravagine". Blaise Cendrars, le poète moderne qui a écrit "Bourlinguer", "La Main coupée", "L'Homme foudroyé"... Des textes où la vérité des sentiments surpasse la simple vérité des faits, toute secondaire dans cette littérature. Miriam Cendrars n'a pas connu son père dans son enfance, il avait quitté sa femme Féla au début des années 1920. Elle a pourtant été élevée dans le culte sans réserve de ce père poète, fuyant la famille pour vivre sa vie de bourlingueur. Féla était persuadée de son génie, et elle a transmis cette certitude à ses enfants. Miriam a retrouvé son père quelques années plus tard, forçant ses réticences. Puis elle l'a accompagné, avant de poursuivre ce dialogue "d'âme à âme" dans le silence, après sa disparition.En parallèle de cette relation, elle n'a pas oublié de vivre ses vies. Jeune fille au pair à Londres à la fin des années 30, elle se retrouve quelques mois plus tard au micro des Français parlent aux Français, à la BBC. A la Libération, elle entame une carrière de femme de presse, à France Soir, Jeune Maman, Elle... A Londres, elle a rencontré Bertie Gilou, homme d'images, devenu directeur artistique de Réalités et de Connaissance des Arts, père de ses trois enfants : Marine, Thomas (futur réalisateur de "La Vérité si je mens !") et Jean-Baptiste. Elle voyage. Par exemple à Big Sur, en Californie, en 1948, où elle va à la rencontre d'Henry Miller, grand ami de son père. A Hollywood, où elle se lie d'amitié avec Ava Gardner. Ou encore en Inde en 1952, avec Pierre Lazareff, avec qui elle partage une soif spirituelle qui ne l'a jamais lâchée.Miriam Cendrars vient de publier une version augmentée de l'essai biographique sur son père : "Blaise Cendrars. La vie, le verbe, l'écriture", Denoël. En même temps, les trois derniers tomes des oeuvres complètes de Blaise Cendrars viennent d'être éditées, toujours par Denoël : "Panorama de la pègre", "Emmène-moi au bout du monde", et "Blaise Cendrars vous parle", version écrite et remaniée de ses entretiens radio avec Michel Manoll. **1/ Le silence** (commençons par la fin).Quand Blaise Cendrars meurt le 21 janvier 1961, Miriam lui tient la main dans le silence. C'est un retour au silence, car le lien entre Miriam Cendrars et son père Blaise s'est établi dans l'absence. Blaise a quitté sa femme Féla en 1922 pour vivre sa vie de poète. En 1936, Miriam arrive à Paris en auto-stop et vient surprendre Blaise dans le petit hôtel qu'il occupe avenue Montaigne. Un dialogue commence, et se consolide avec les années. Après la disparition de Blaise, il se poursuit dans un nouveau silence.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......