LE DIRECT

Pierre Juquin (1/5)

29 min
À retrouver dans l'émission

Pierre Juquin en 2010
Pierre Juquin en 2010 Crédits : David Doucet - Reversus.fr

Par Stéphane Manchematin. Réalisation : Céline Ters. Prise de son : Bernard Lagnel. Avec la collaboration de Claire Poinsignon.

« Celui qui sait ne parle pas, celui qui parle ne sait pas ».

Souvent appliquée aux « permanents » du Parti Communiste Français, cette citation empruntée à Lao Tseu témoigne à la fois d'une culture du secret et de la difficulté pour certains à porter rétrospectivement un regard critique sur l’histoire du parti. Pierre Juquin n'est pas de ceux-là, moins parce qu'il fut exclu du parti que par foi en la vertu de l'autocritique. Avec humour et faconde, avec un goût évident pour la rhétorique et la dialectique, il profite de cette série d'entretiens pour, justement, pratiquer l'autocritique : "j'ai cru, j'ai voulu croire et, surtout, je n'ai pas cru ce que je voyais."

Le nom de Pierre Juquin , né en 1930, est indéfectiblement lié à l’histoire du parti communiste français dont il fut un membre actif de 1953 à 1987. Son histoire personnelle tend d'ailleurs à se confondre avec les vicissitudes d'un parti au sein duquel il gravit tous les échelons, qu'il tenta de rénover et dont il finit par être exclu lorsqu'il présenta une candidature dissidente à l'élection présidentielle de 1988.

Au cours de ces cinq entretiens à voix nue, Pierre Juquin revient sur ses années de formation, son rapport ambigüe à l'extrême discipline qui régnait au sein du parti et à son organisation, sa relation avec Georges Marchais dont il fit partie de la "garde rapprochée", son engagement au service de la "propagande" du parti qu'on n'appelait pas encore "communication", son effarement au moment de la rupture du programme commun, sa tentative avortée de rénover le parti, son éviction, sa candidature aux élections présidentielles de 1988 puis ses combats en faveur de l'écologie.

Un certain nombre de révélations ponctuent son récit comme cette consigne verbale au sein de la direction du Parti Communiste Français, en 1981, d'un "vote révolutionnaire" en faveur de Valéry Giscard d'Estaing pour faire battre François Mitterrand.

1) La foi et la discipline

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......