LE DIRECT
Roland Leroy
Épisode 2 :

Du Stalinisme à l'individualisme

28 min
À retrouver dans l'émission

Second volet de cet entretien avec Roland Leroy, dans lequel l'ancien résistant se confie sur son engagement communiste.

Roland Leroy
Roland Leroy Crédits : Daniel SIMON - Getty

Membre du Parti communiste depuis 1942, Roland Leroy a gravi un à un les échelons de cet appareil politique. En 70 ans de service au Parti communiste, Roland Leroy a été le témoin et l'acteur de nombreux événements historiques. Qualifié à plusieurs reprises de "stalinien", il a défendu le Parti communiste de l'Union soviétique de manière constante. Il est toujours resté profondément marxiste, voire "marxiste-léniniste", selon ses propres termes.

Dans l'affrontement de classes à échelle mondiale, il y avait la nécessité de faire front, et la nécessité de chercher d'autres voies. Roland Leroy 

Quand j'ai adhéré au Parti, ce n'était pas pour diriger le peuple, mais pour que le peuple puisse s'émanciper et qu'il puisse régler ses propres affaires. Roland Leroy

Le Parti communiste français aurait pu tenter de s'émanciper de la tutelle soviétique, et le "stalinisme" évoque alors le goulag, les pressions, les tortures, les oppressions du culte de la personnalité. En 1956, se tient le 20e congrès du Parti communiste de l'Union soviétique, où la déstalinisation est officialisée. Les crimes staliniens sont alors révélés dans le "rapport Khrouchtchev". Pourtant, la délégation française prend la décision de ne pas divulguer ces informations aux communistes français : 

La délégation française ne prend pas de notes à la lecture du rapport, parce que ce sont des choses "secrètes". Ce sont des accidents qui ne sont pas négligeables. Le "rapport Khrouchtchev" contient un grand nombre de documents qui prouvent une répression aveugle, le résultat d'un grand nombre de crimes, conduits au nom du régime stalinien. Roland Leroy 

C'est une période terrible, la guerre froide, avec d'un autre côté l'impérialisme américain. Cette confrontation énorme a ses répercussions en France. Roland Leroy 

Il faut se rappeler que l'idée communiste trouve ses racines en France, avec la Commune de Paris. Roland Leroy 

Maurice Thorez et moi avions le sentiment que nous allions dans le sens de la déstalinisation. Prenez Yves Montand, par exemple. J'ai été désigné par le Parti pour me rendre aux obsèques d'Yves Montand. J'ai jeté une poignée de terre sur son cercueil, et je me suis dit "Quel regret de ne pas avoir pu conserver toutes les forces communistes !" Roland Leroy

Pour Roland Leroy, les mouvements sociaux de mai 1968 ont été en partie bénéfiques grâce à la mobilisation de la classe ouvrière : 

Quand je repense aux immenses manifestations de mai 1968... S'il n'y avait eu que les mouvements étudiants, il n'y aurait eu que le dixième des gens qui se sont mobilisés. Les ouvriers, les travailleurs des usines étaient engagés dans le mouvement. Il ne faut pas envisager les mouvements de 1968 qu'à travers les étudiants. Roland Leroy

Par Stéphane Manchematin. Avec la collaboration de Claire Poinsignon. Réalisation : Marie-Ange Garrandeau. Prise de son : Benjamin Chauvin.

Intervenants
  • journaliste et homme politique français (1926-2019), membre du Parti communiste dès 1942, ancien rédacteur en chef du journal L'Humanité
L'équipe
Production
Coordination
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......