LE DIRECT
Roland Leroy
Épisode 3 :

Du printemps de Prague à la place du Colonel Fabien

28 min
À retrouver dans l'émission

Dans ce troisième entretien "A voix nue", Roland Leroy raconte les événements du printemps de Prague, et son amitié avec Louis Aragon.

Roland Leroy
Roland Leroy Crédits : Alain MINGAM - Getty

En 1968, le Printemps de Prague tente une libéralisation du régime tchécoslovaque. Le Parti communiste tchécoslovaque introduit alors un "socialisme à visage humain". Considéré comme une menace par l'URSS, le Printemps de Prague s'interrompt après l'invasion de la Tchécoslovaquie par les armées alliées au nom du Pacte de Varsovie. A l'époque, Roland Leroy passe ses vacances aux Tatras, une chaîne de montagne située à cheval entre la Pologne et la Slovaquie :

Un matin, je suis monté dans la montagne très tôt, au moment où l'aube pointait. Et plusieurs avions passaient... Je suis redescendu, et là, la jeune femme qui me préparait le petit déjeuner le matin pleurait. Je lui ai demandé en russe ce qu'il se passait, et elle m'a répondu, en slovaque, "Ne me parlez pas russe ce matin, les Russes nous ont envahis ! Roland Leroy 

Il rentre alors en France et condamne l'intervention soviétique en Tchécoslovaquie : 

Quand je suis arrivé à Paris, j'ai rencontré les autres camarades du Parti communiste. J'ai écrit un article pour la revue "Démocratie nouvelle", dirigée par Jacques Duclos, mais la direction de la revue a refusé de publier mon article. Le camarade qui a pris cette décision, c'est Jacques Denis, qui a trouvé que mon article était trop vif à l'encontre des soviétiques. Roland Leroy 

A propos de l'écrasement du Printemps de Prague, Aragon a écrit : 

Et voilà qu'une fin de nuit, au transistor nous avons entendu la condamnation de nos illusions perpétuelles. Aragon 

Roland Leroy se confie également sur son amitié avec le poète Louis Aragon, lui-même engagé au Parti communiste, avec lequel il avait pourtant certains désaccords :

Nous étions très amis, j'ai pour lui un grand respect. Mais contrairement à lui je ne parle pas d'"illusions", mais d'"aspirations" qui sont toujours les miennes, pour lesquelles j'agis toujours, même quand la réalité les contredit, même quand j'ai du mal à les faire triompher. Roland Leroy

Par Stéphane Manchematin. Avec la collaboration de Claire Poinsignon. Réalisation : Marie-Ange Garrandeau. Prise de son : Benjamin Chauvin.

Intervenants
  • journaliste et homme politique français (1926-2019), membre du Parti communiste dès 1942, ancien rédacteur en chef du journal L'Humanité
L'équipe
Production
Coordination
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......