LE DIRECT

Samuel Pisar (1/5)

27 min
À retrouver dans l'émission

Samuel Pisar
Samuel Pisar Crédits : Radio France

Par Stéphanie Bonvicini. Réalisation : Gilles Davidas. Prise de son : Marcos Darras. Attachée de production : Claire Poinsignon.

Samuel Pisar est né un jour de mars 1929, il y a 85 ans, à Bialystock en Pologne et lorsqu'on lui pose la question de son identité, il répond : - "Je suis né polonais, j'ai été citoyen soviétique, sous-homme en Allemagne, apatride en France, britannique en Australie, américain par un vote spécial du Congrès : je suis fait de tout ça".

Docteur des Universités d'Harvard et de la Sorbonne, devenu l'un des plus grands avocats de renom international, spécialiste du commerce Est-Ouest, auteur de nombreux livres visionnaires de géopolitique et d'économie, il reste cependant pour toute une génération l'auteur du Sang de l'Espoir .

Ce livre, publié en 1979, c'est son histoire : un récit autobiographique qui a révélé au reste du monde - avec lequel il était en lien sur bien d'autres sujets - qu'il est l’un des plus jeunes rescapés de la Shoah.

Arrêté dans le ghetto de Bialystock à treize ans, passé par huit camps (dont Maïdaneck, Auschwitz et Dachau), Samuel Pisar a été libéré des marches de la mort par l’armée américaine alors qu'il venait tout juste d’avoir 16 ans .

Aujourd'hui ambassadeur honoraire et envoyé spécial de l’UNESCO pour l’enseignement de l’Holocauste et des génocides, il raconte son destin tout à fait exceptionnel, celui d'un enfant qui n'était pas programmé pour survivre dans le monde d'Hitler, et qui, à 30 ans, était à la Maison Blanche, conseiller du Président J.F. Kennedy...

1) Avant l'orage

Samuel Pisar raconte son enfance à Bialystock, l'entrée en guerre de la Pologne, l'invasion soviétique, puis allemande et la vie qui en suivra dans le gettho de Bialystock lorsqu'il sera séparé de ses parents, ainsi que de sa petite soeur Frida, pour être déporté à Auschwitcz. Il évoque avec force et pudeur sa déportation ainsi que sa libération.

2) La renaissance d'un phoenix

Au cours de ce second entretien, Samuel Pisar revient sur les premières heures de sa libération des camps de la mort et sur l'année de folle liberté qui suivra en Allemagne, avec Ben et Nico, ses deux comparses de déportation. Son oncle et sa tante, Léo et Barbara Sauvage, viendront l'y chercher pour le ramener à Paris. Il ne restera qu'un an en France avant de partir rejoindre les deux frères de sa mère, en Australie. Après six années perdues, il reprend ses études et retrouve le goût d'apprendre. Très vite, le jeune garçon se réinvente et devient un extraordinaire élève. Quelques années plus tard, il est admis dans plusieurs écoles prestigieuses, dont Oxford, mais il choisit de partir aux Etats-Unis pour étudier à Harvard.

3) Des horizons grands ouverts

A Harvard, parmi les meilleurs étudiants du monde, dans un univers de folle compétition, Samuel Pisar doit trouver sa place. Après avoir défié les plus grands monstres de l'humanité, il doit cette fois défier des cerveaux : son instinct de survie ressurgit.

4) Les grandes rencontres Après l'assassinat de J.F.Kennedy, Samuel Pisar n'a ni le désir ni le tempérament de rester à Washington au coeur du système. Comme il est membre de plusieurs barreaux, il décide d'exercer son métier d'avocat international et devient LE grand expert des relations juridiques et économiques entre l'Est et l'Ouest.

5) Le triomphe de la vie

Dans ce dernier entretien, Samuel Pisar évoque sa famille : sa femme Judith, qui a toujours créé des ponts culturels transatlantiques entre la France et les Etats-Unis, et avec laquelle il a une passion commune, la musique ; mais aussi leurs quatre enfants, élevés de manière à devenir des citoyens du monde.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......