LE DIRECT

Toni Morrison par Clémence Boulouque

30 min
À retrouver dans l'émission

Réalisation de Dominique Briffaut A l'occasion de sa Carte Blanche au Louvre, c'est début novembre que nous rencontrerons Toni Morrison, huitième femme à se voir décerner le prix Nobel de littérature, en 1993, et première Noire américaine. « En mon pays, suis en terre lointaine », la phrase de François Villon servira de fil conducteur aux échanges de Toni Morrison avec Michael Ondaatje, Edwige Danticat ou Assia Djebar, dans l'auditorium du Louvre, ainsi qu'à ses parcours dans le musée où elle traque le legs de l'étranger dans les collections. A travers sa lecture du Radeau de la méduse, Toni Morrison réfléchit également à la notion même d'appartenance et de foyer. Mais quels sont ces Etats-Unis, ses Etats-Unis, proches et lointains ? Quelle oreille prêtent-ils à la part africaine, déterminante dans l'américanité ? « ombres, plus grandes que les gens, plus noires que les nègres », écrit Robert Warren. Quelles sont les ombres de l'Amérique que peut cerner et dessiner une femme écrivain noire ? Née Chloé Anthony Wofford en 1931 dans l'Ohio, Toni Morrison est fille de soudeur, enfant d'un couple qui a quitté le sud pour échapper au racisme. Installés dans une petite ville du Midwest - qu'elle désigne comme échappant au cliché, puisqu'elle n'est ni ghetto, ni plantation, les parents élèvent leur fille dans l'amour des histoires et la transmission du folklore qui font parler les arbres et les revenants, et nourrissent les affluents du fantastique qui courent dans son oeuvre. Après des études à Cornell, elle enseigne au Texas rencontre son mari, l'architecte, Harold Morrison au moment de la lutte pour les droits civiques, lorsque les campus sont parcourus d'une fiévreuse agitation, au temps de l'engagement. Enseignante à la State University of New York, puis éditrice pour Random House de textes de grandes figures noires américaines, elle publie son premier roman, the Bluest eye en 1970, bien accueilli par la critique, mais au tirage confidentiel. Son deuxième livre, Sulla, en 1973 est couronné par le National book award. Puis vient le chant de Salomon. Et une reconnaissance croissante, consacrée par le succès de Beloved et, naturellement par le Prix Nobel qui lui est décerné en 1993. Toni Morrison, enseignante à Princeton, est une lectrice et une passeuse passionnée, comme en témoigne Playing in the dark, son recueil d'essai où elle décèle l'influence du noir là où il ne semble être question que d'écriture blanche. Celle qui est la première à avoir vu en Clinton un président noir décèle les apports mutuels entre la part d'africanisme de l'américanité et l'influence des Noirs dans la littérature blanche américaine. Le pays est-il à jamais une terre lointaine ? et comment écrire aujourd'hui cet héritage, et comment joindre mémoire et avenir ? Découpage putatif, au 15 octobre :

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......