LE DIRECT

Willy Ronis

30 min
À retrouver dans l'émission

Par Guy le Querrec et Alexandre Breton Réalisation: Clotilde Pivin Willy Ronis reçoit Guy Le Querrec Willy Ronis, à l'aube de ses 99 ans est l'invité d'honneur des Rencontres d'Arles. Guy Le Querrec, est lui, l'invité des rencontres photographiques de la Corigliano Calabro fotografia , quasi aux mêmes dates, du 4 juillet au 15 septembre 2009. Ici le second est l'hôte du premier qui le reçoit dans son appartement parisien haut perché. Ce sont deux amis qui se rencontrent, deux poètes, deux regards qu'unit le même goût du réel et de l'utopie. Willy Ronis Willy Ronis est né le 14 août 1910 à Paris. Fils d'émigrés juifs d'Europe de l'Est, il est l'un des regards cardinaux du XXème siècle. Ce siècle, il l'a traversé en flâneur, en « guetteur mélancolique ». Violoniste, Willy Ronis se destinait à une carrière de compositeur. Il arriva par nécessité à la photographie, il devint photographe par amour. A partir de 1932, il assiste son père malade dans son atelier de photographie du 9ème arrondissement. De cette période datent ses rencontres avec Robert Capa, Henri Cartier-Bresson ou David « Chim » Seymour, fondateurs en 1936 de l'agence Magnum. Ses premiers reportages, pour Regards ou Plaisirs de France, qui manifestent une sensibilité de gauche, évoquent avec une même tendresse les fêtes populaires sur les bords de Marne que la grève ouvrière chez Citroën-Javel ou les manifestations du Front Populaire. Après la Seconde Guerre Mondiale, il rejoint Robert Doisneau et Brassaï à l'agence Rapho, et commence à travailler pour Time ou Life. C'est à cette période qu'il réalise ses clichés parmi les plus célèbres, comme le Nu provençal (1949) ou le Petit Parisien (1952). Il expose à New York, et reçoit la Médaille d'or de la Biennale de Venise. Son livre Belleville-Ménilmontant sort en 1954, et témoigne de son humanisme poétique. Avec Doisneau ou René-Jacques, il participe au Groupe des XV pour la reconnaissance de la photographie comme médium artistique. A partir de 1958, il enseigne la photographie à l'IDHEC, Estienne ou dans le sud de la France, où il s'installe avec sa famille. De grandes rétrospectives lui sont consacrées à Paris, Athènes, New York, Moscou ou Tokyo. Guy Le Querrec Guy Le Querrec est né en Bretagne en 1941. Il achète son premier appareil photo d'occasion à l'âge de 14 ans, puis son premier Leica en 1962. Il s'intéresse plus particulièrement à l'Afrique et aussi au Jazz dont il fait des photos de musiciens. Il fait ses débuts professionnels en 1967 et est ensuite embauché comme photographe par le Quotidien Jeune Afrique. En 1972, il est l'un des co-fondateurs de l'agence Viva, qu'il quitte quatre ans plus tard, pour rejoindre Magnum. Trois albums du trio de Jazz Romano-Sclavis-Texier ont été inspirés par ses photos ou bien par des voyages effectués avec lui sur le continent Africain. En 1990, il est le photographe du projet Oyaté du musicien Tony Hymas en complicité avec le producteur Jean Rochard (Nato) qui l'amène en terre amérindienne où il revient pour le Big Foot trail qui sera l'occasion d'un de ses grands livres (Sur la piste de Big Foot) Il expose régulièrement aux Etats-Unis et en Europe, et a reçu le Grand Prix de la Ville de Paris en 1998.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......