Programmes

Apprenti-mémoires d'avant guerre


Bordeaux, Mars 1935. Au regard des bons résultats scolaires de Jacques, son père, chauffeur de taxi à son compte (pour n’être soumis à aucun patron), espérait mieux. Cependant, ce matin là, il n’hésite pas à l’accompagner aux chantiers maritimes du sud-ouest, rue Blanqui, pour signer son contrat d’apprentissage. Jacques est immédiatement confié aux bons soins de Bertin, un ouvrier attentif qui règne en cador sur l’atelier de traçage. Avec Bertin, Jacques apprend vite le maniement des outils et l’art de la précision. A 16 heures, trois fois par semaine, l’adolescent retrouve, pour deux heures, les autres apprentis qui se préparent au CAP. Jacques est bon élève, il n’a aucune difficulté. Car s'il a quitté l’école, c’est uniquement parce qu’il voulait gagner sa vie rapidement. Chaque jour, pour se rendre à l’usine, il utilise le tram. Or, rapidement, les frais engendrés le contraignent à remettre en état le vieux « biclou » rouillé et poussiéreux du paternel. Même si la vie d’apprenti est loin d’être facile, Jacques n’est pas le plus à plaindre. Comme les autres, il est certes corvéable à merci... mais contrairement à certains, il ne subira pas d’humiliant bizutage…

Ecouter le direct
Le direct