LE DIRECT
Histoire d'une passion

Histoire d'une passion


Plon, 2011

Description

«Passion. C'est dit, c'est écrit. Tout naturellement, le mot m'est venu pour décrire cet embrasement permanent, en chaud ou en froid. Qui se moque de la mesure, de la décence, des habitudes. Un sentiment assez puissant pour décider d'un nouvel ordre de nos existences.»

Gisèle Halimi a raconté le désamour de Fritna, sa mère, son obstination farouche pour la forcer à l'aimer et son échec. Elle a exprimé sa frustration de ne pas avoir eu de fille, «qui aurait pu voir, dans (mes) ses yeux, la femme qu'elle deviendrait » et avec qui elle aurait voulu mettre à l'épreuve son engagement féministe.

La naissance de sa petite-fille, M., marque un accomplissement : pour la première fois, Gisèle Halimi, témoin direct de ce qui «fabrique» un individu de sexe féminin, va pouvoir l'aider à construire sa liberté.

Mais, au-delà de l'expérience féministe, et au-delà même de la raison, c'est une passion «totalitaire» que Gisèle Halimi nourrit pour sa «Tahfouna» - la rose, l'irrésistible. Une passion capable de métamorphoser deux êtres - l'un dans son déjà long parcours, l'autre arrivant à la vie.

Les dernières publications sur Gisèle Halimi

Emmanuel Carrère et Tenet en tête du Box-Office
Gisèle Halimi : "À 12 ans, j’ai fait une grève de la faim parce que les filles servaient les garçons"
Etre mère, c'est quoi ? pour Simone Veil, Jane Birkin, Marguerite Duras...
icon/ cameraCreated with Sketch.
Vidéo
Avant la loi Veil, le coup d'éclat des 343 "salopes"
image par défaut
58 min
image par défaut
24 min
image par défaut
2h31

À venir dansDans    secondess

Full ScreenCreated with Sketch.Close