LE DIRECT

Hopper : peindre l'attente


Citadelles & Mazenod, 2012

Description

« Il me sembla de voir la figure d'une pensée, pour la première fois placée dans notre espace… Ici, véritablement, l'étendue parlait, songeait, enfantait des formes temporelles. L'attente, le doute, la concentration étaient choses visibles. »

Ces phrases de Paul Valéry étaient bien connues d'Edward Hopper (1882-1967) qui les recopia en 1940. Elles pourraient servir d'exergue à son oeuvre tant l'artiste n'a cessé de représenter la posture singulière de l'attente.

Les personnages et les lieux que sa peinture met en scène, couple, lectrice, employé de bureau, serveuse ou hôtesse, chambre d'hôtel, café, restaurant, route ou voie ferrée, nous montrent des individus immobiles dans une expectative indéfinie… Le repli solitaire et énigmatique de ses figures, qui trouve un écho dans ses vues d'architectures ou dans les espaces vides confinant à l'abstraction de sa dernière période, marque un décalage assumé avec les impératifs d'activité et de production de la société contemporaine.

« C'était l'architecture qui m'intéressait, mais les rédacteurs voulaient des gens agitant les bras », déclarait Hopper au sujet des journaux qui l'employèrent longtemps comme dessinateur de presse, au début de sa carrière. L'un des secrets de son oeuvre tient au glissement de l'animation moderne dans le temps des pierres. La modernité n'est pas niée, elle est immobilisée. La course au futur est mise en suspens.

Étayée de références littéraires, d'Henrik Ibsen à Francis Scott Fitzgerald, d'oeuvres de contemporains, peintres, photographes ou cinéastes et de ses prédécesseurs, de Vermeer à Caillebotte, cette lecture approfondie et subtile de l'oeuvre de Hopper soulève une question d'histoire de l'art rarement posée jusqu'à présent : comment les artistes ont-ils représenté l'attente ?

Emmanuel Pernoud est professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne. Ancien responsable des collections d'estampes contemporaines à la Bibliothèque nationale de France, il a organisé des expositions notamment consacrées à Pascin, Henri Michaux, Pierre Tal Coat, Louise Bourgeois.Parallèlement à ses travaux sur les arts graphiques et sur les relations entre la peinture et l'illustration (L'Estampe des Fauves , 1994 Le Bordel en peinture , 2001), il a étudié la place de l'enfance dans l'art et l'esthétique des XIXe et XXe siècles dans des articles et des ouvrages comme L'Invention du dessin d'enfant, en France, à l'aube des avant-gardes  (2003), L'Enfant obscur. Peinture, éducation, naturalisme  (2007), L'Enfant dans la peinture  (2011).

L'oeuvre d'Emmanuel Pernoud

Les dernières publications sur Emmanuel Pernoud

L'attente (4/4) : Edward Hopper, peindre le temps qui s’étire
59 min
Les Chemins de la philosophie
LE 11/07/2019

Témoin direct de l’évolution consumériste de l’Amérique, le peintre Edward Hopper s'y oppose. Les personnages de ses tableaux, passifs, seraient-ils des...

L'attente (4/4) : Edward Hopper, peindre le temps qui s’étire
58 min
Les Chemins de la philosophie
LE 20/12/2018

Témoin direct de l’évolution consumériste de l’Amérique, le peintre Edward Hopper s'y oppose. Les personnages de ses tableaux, passifs, seraient-ils des...

image par défaut
35 min

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.