LE DIRECT
La nuit au Moyen Age

La nuit au Moyen Age


Perrin, 1998

Description

Comment vivait-on à la ville et à la campagne quand l'obscurité régnait presque sans partage du coucher au lever du soleil ? Cet ouvrage, rempli d'anecdotes exemplaires, répond aux questions que l'on peut se poser sur ce thème fort peu étudié jusqu'ici. Dans les villes, les rues étroites constituent de véritables coupe-gorge propices aux rixes, aux homicides ; des conspirations se trament ; des cités sont prises par trahison ; adultères et viols ne sont pas rares. La nuit, l'homme médiéval craint le diable et ses suppôts, les revenants, les sorcières, les loup-garous et les brigands. On essaie par un eclairage maladroit de lutter contre l'obscurité. Le guet, à l'efficacité discutable; les mesures prises par les autorités tentent de réduire la violence. Si le travail nocturne est interdit , des exceptions sont accordées, ce qui engendre parfois des conflits sociaux. Surtout, la nuit est prétexte à distractions : les veillées, les chahuts, les feux de joie, les tavernes, les fêtes qui ne s'achèvent qu'avec le jour. Et puis, il y a l'amour et le repos. L'auteur décrit le lit, alors fort convivial, la chambre, les vêtements de nuit, le sommeil et ses troubles -comment soigner l'inomnie au Moyen Age-, les rêves. Bien plus, la nuit est propice à la spiritualité. Il est recommandé aux laïcs de prier tard le soir, lorsque le calme s'est installé. Les règles monastiques comportent des cérémonies nocturnes. Et quelques dévots prônent une mystique de la ténèbre selon laquelle il faut traverser la nuit (nuit des sens, nuit de l'esprit) pour atteindre la lumière, Dieu. - Présentation de l'éditeur - (date de publication : mars 1998)

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......