LE DIRECT
La traversée de la France à la nage

La traversée de la France à la nage


P.O.L, 2012

Description

Pierre Patrolin dit qu'en imaginant écrire La Traversée de la France à la nage , il a immédiatement compris qu'il allait entreprendre à la fois un authentique récit de voyage, imprévisible et véridique, et un véritable roman d'aventures, dont le héros ne saurait sortir indemne. Il franchit des barrages, il dévale malgré lui des rapides, il nage sous le sabot des vaches. Il s'écarte des routes : le propre de la nature de l'eau, des fleuves et des ruisseaux, c'est d'atteindre avec obstination le point le plus bas possible. De s'enfoncer dans le sol pour s'inscrire au creux du paysage. Au plus profond du paysage. Cette pente naturelle emporte donc le personnage qui décide de s'y soumettre, pour le conduire au hasard des plaines et des montagnes. Des villes aussi. Elle l'oblige surtout à un point de vue singulier. Cette position définit le héros, nageur obstiné et indécis à la fois, entraîné par le flot vers des périls insoupçonnés, des rencontres, la découverte de berges ignorées, à Paris comme en Auvergne, elle détermine aussi une forme d'honnêteté de l'écriture, de précision du regard, rythmée par le mouvement de la brasse et la répétition des horizons. Avec la volonté de s'immerger dans la réalité du monde pour s'attacher à le décrire, à l'image des peintres quand ils choisissent de partir travailler sur le motif. Finalement, Pierre Patrolin a écrit un récit où tous les paysages, les constructions, les animaux et surtout les personnages rencontrés au bord de l'eau sont, ou plutôt ont été réels. Sauf lui, dit-il encore. Et son baluchon... (P.O.L)

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.