LE DIRECT
Le facteur humain

Le facteur humain


Laffont, 1978, « Pavillons »

Description

Depuis l'époque où, jeune recrue, il était entré dans la « Boîte », il y avait de cela plus de trente ans, Castle prenait son déjeuner dans un pub situé derrière Saint James's Street, non loin du bureau. Si on lui avait demandé pourquoi, il eût répondu que c'était à cause de l'excellence des saucisses ; peut-être aurait-il préféré à la Watney une autre marque de bière amère, mais la qualité des saucisses l'emportait sur la bière. Il était toujours prêt à rendre compte de ses actes, même les plus innocents ; il était toujours aussi d'une grande ponctualité. Une fuite est découverte dans un sous-département des services secrets britanniques, entraînant une opération de contrôle. Dans l'atmosphère lourde de suspicion qui en découle, les personnages sortent peu à peu de l'ombre... Graham Greene retourne ici à ce monde des services secrets qu'il a bien connu et pour lequel il a certainement gardé une fascination ironique. Mais l'espionnage et ses péripéties sont aussi le moyen d'illustrer de façon aiguë et parfois tragique que la rigidité obtuse des raisons d'Etat est souvent trop oublieuse du facteur humain... - 4e de couverture. (date de publication : 2002, nouv. éd.)

La dernière publication

Travail, vive la liberté, mais laquelle ? Avec Thomas Coutrot, économiste
43 min
Matières à penser avec Dominique Rousset
LE 20/06/2018

Comment repenser le travail et tendre vers un « avenir désirable » ?

À venir dansDans    secondess

Full ScreenCreated with Sketch.Close