Programmes

Le songe de Pallas : essai


Suivi de De la souveraineté Suivi de Digression néoplatonicienne Présentation de l'éditeur : La philosophie politique dont Luc-Olivier d'Algange propose ici quelques approches, sous l'égide de Pallas Athéna, loin de se réduire à des considérations sociologiques ou économique, plonge au coeur de la poésie, d'où naît, depuis Homère, toute politique digne de ce nom. D'où la rencontre déférente avec ces oeuvres et ces hommes (Plotin ou Empédocle d'Agrigente, Nietzsche ou Henry Bosco) qui trouvent leur raison d'être, leur origine autant que leur destination, dans le poème épique et dans ces pensées spéculatives ou visionnaires antérieures à la séparation du Mythe et du Logos. Il sera question, dans cet ouvrage, de la Cité et de la civilité, sauvegardes de l'Ame du monde en ces nuances et gradations. De même qu'il n'est d'autre limite au pouvoir, et à ses abus, que l'autorité, le sens du sacré, dégagé des cléricatures, demeure l'ultime recours à la beauté du monde, empreinte visible d'un sceau invisible, et résistance active à l'abstraction et aux leurres funestes des idéologies. Pour devenir « inspiratrice », et n'être pas seulement la tyrannie obtuse et blafarde du « dernier des hommes » dont parlait Nietzsche, la Cité, - par ceux dont l'âme est devenue le refuge du Songe de Pallas, - doit oeuvrer à la remémoration et à la récitation des héros et des dieux, des saints et des chevaliers. Une voie oubliée est proposée, en toute liberté, qui conduit de la source grecque à la souveraineté française. L'Erudit cède alors, avec bonheur, le pas à l'écrivain qui, selon l'impératif rimbaldien, devance l'action. (date de publication : 24 septembre 2007)

Ecouter le direct
Le direct