LE DIRECT
Les os, les cendres et l'Etat

Les os, les cendres et l'Etat


Fayard, 2011

Description

Qui, aujourd'hui, se préoccupe des os et des cendres des personnes décédées ? Personne, est-on tenté de répondre, tant on répète à l'envi que notre société individualiste vit dans le déni de la mort.

Et pourtant, l'enquête d'Arnaud Esquerre révèle que l'État ne s'est jamais autant soucié des morts. Retirant à l'Église son contrôle sur le devenir des cadavres, il a en effet étendu son emprise sur le territoire des os et des cendres.

Or, depuis les années 1970, le rapport aux restes humains s'est profondément modifié, avec le recours de plus en plus massif à la crémation, les demandes de restitution de restes humains à des «peuples autochtones», la médiatisation des profanations de cimetières ou encore le développement des analyses ADN et de l'imagerie médicale. Face à ces bouleversements, les pouvoirs publics déploient une nouvelle politique : interdire que les morts, même réduits en cendres, séjournent ailleurs que dans l'espace public, empêcher ou limiter l'exposition de restes humains, transformer l'atteinte aux morts en un délit d'expression.

Derrière ces changements majeurs des rapports entre les os, les cendres et l'État transparaît une manière inédite d'appréhender la communauté, les personnes et les corps, méconnue et passionnante.

La dernière publication

Le feu (2/5) : Brûler nos morts
58 min
Les Nouvelles vagues
LE 31/05/2016

Deuxième échange à partir du feu, qui nous intéresse cette semaine. Aujourd'hui, avec un sociologue et deux maîtres de cérémonie du Crématorium du Père...

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.