LE DIRECT
Péguy point final

Péguy point final


Le Félin, 2014

Description

1914, commencement de la guerre, mort de Charles Péguy, le 5 septembre, au début de la bataille de la Marne, Mais l'histoire continue, et tente de le reprendre. De Gaulle voulut le « panthéoniser ». Péguy reste enterré près de Meaux au côté de ses hommes. Restée l'arracher à sa légende, à déboutonner l'uniforme pour faire apparaître l'énergie d'une langue et l'acuité d'une pensée. Point final aux contresens qui ont entouré l'homme et l'oeuvre.

Point final, mais aussi point de fuite : Péguy échappe à l'histoire. Son oeuvre ne s'y inscrit qu'en la dépassant. La mort héroïque n'est pas évacuée, mais n'est pas non plus une fin en soi. Elle est l'horizon différé de son écriture, l'événement répété dans des proses souvent posthumes, où Péguy pense l'histoire et défait l'héroïsme napoléonien. On découvre comment il voulut se sauver de et dans l'histoire. Pas de fin, donc : ouverture, où tout reprend.

Point d'origine, alors : Péguy prit les histoires à rebours pour atteindre le moment où l'éternel soudain s'incarne dans le temporel. Ainsi l'affaire Dreyfus n'est pas ce qu'en ont fait les politiques : remonter à son commencement, c'est entendre la révolution morale dont elle était porteuse. De même pour l'histoire de France, du peuple juif ou du christianisme. Revenir en amont de toutes les fondations, c'est relancer les possibles, ici et maintenant.

-4ème de couverture-

La dernière publication

Péguy, journaliste et philosophe
52 min
Péguy, journaliste et philosophe
Répliques
LE 02/09/2017

La captation par Pétain ne fait plus oublier l’œuvre de Charles Péguy, de plus en plus lue, qui a inspiré une partie de la Résistance et de Gaulle en particulier.

Ecouter le direct
Le direct