LE DIRECT
Testo junkie : sexe, drogue et biopolitique

Testo junkie : sexe, drogue et biopolitique


Grasset, 2008

Description

« Je ne prends pas la testostérone pour me transformer en homme, mais pour trahir ce que la société a voulu faire de moi, pour écrire, pour baiser, pour ressentir une forme de plaisir post-pornographique, pour ajouter une prothèse moléculaire à mon identité transgenre low-tech faite de godes, de textes et d'images en mouvement, pour venger ta mort. » B.P. Récit autopornographique et analyse de la production du corps à l'ère pharmacopornographique, Testo Junkie transgresse les limites traditionnelles de l'essai philosophique. La politique queer y pénètre la théorie, comme la testostérone se glisse dans la peau. « ... Un regard extrêmement fin sur le régime post-industriel, global et médiatique. Certainement un des essais les plus radicaux et passionnants de ces dernières années. » José Andrés Rojo, Babelia, El País -4e de couverture- (date de publication : 15 octobre 2008)

À venir dansDans    secondess