LE DIRECT
Amos Oz, une écriture de paix

Amos Oz, une écriture de paix


L'Harmattan, « Judaïsmes », 2005

Description

L'oeuvre romanesque d'Amos Oz pose l'identité juive dans son rapport à la dispersion et au séjour, à l'exil et à la terre. Elle appelle un ailleurs de l'utopie sioniste, bien que la modernité sioniste soit l'inéluctable manière d'être dans le monde de l'identité juive. La lecture narratologique et herméneutique des romans révèle les relations entre problématique identitaire et expériences du temps dans la culture sioniste. L'écriture romanesque se dégage du récit utopique, appréhende le temps comme continuité et changement, isole le sujet du corps collectif, médite l'altérité à l'oeuvre dans la reconnaissance de soi. L'échappée hors de la temporalité utopique retrouve une histoire peu porteuse d'espérance et incite à la contemplation du tragique ou à la recherche d'un sens de l'existence individuelle et collective. Ainsi, le militant fait le choix de l'histoire, récuse le nihilisme de la post-modernité, opère un retour critique à la philosophie des Lumières, opte pour le droit et la patience contre la violence et la précipitation utopique. Ne séparant pas le questionnement politique du questionnement éthique, il défend la tradition juive de l'apprentissage de la liberté et de la responsabilité et lui demande de dialoguer avec l'humanisme européen. Ce dialogue éclaire son militantisme pour la Paix. La centralité de la parole de paix est invitation à écouter le propos direct de l'autre, à avoir le courage, éloigné de la suffisance, d'assumer la fragilité de la condition historique. - 4e de couverture - préface de Carol Iancu (date de publication : 21 mars 2005)

À venir dansDans    secondess

Full ScreenCreated with Sketch.Close