LE DIRECT
Andreï Konchalovsky : ni dissident, ni partisan, ni courtisan. Conversations avec Michel Ciment

Andreï Konchalovsky : ni dissident, ni partisan, ni courtisan. Conversations avec Michel Ciment


Actes Sud / Institut Lumière , 2019

Description

Quatrième de couverture 

Peu de grands cinéastes se sont imposés dès leur premier film pour ne jamais s'éloigner des feux de l'actualité : Andréi Konchalovsky l'a fait avec Le Premier Maître, en 1965, et a mené une carrière longue et fructueuse pour remporter, ces dernières années, deux Lions d'Argent à Venise pour Les Nuits blanches du facteur (2014) et Paradis (2016).

Konchalovsky appartient à la génération des années 1960, la plus brillante du cinéma soviétique depuis celle des années 1920, qui, profitant du dégel khrouchtchevien, allait redonner tout son éclat au cinéma de son pays. Ni dissident, ni partisan, ni courtisan, il croit à l'indépendance et à la liberté des individus, et s'est construit en ennemi juré de tous les systèmes. Sa capacité de création lui a également permis de s'insérer dans le cinéma hollywoodien, y compris en affrontant les folles contraintes du tournage épique de Tango et Cash dont il se souvient avec humour.

Dans ces entretiens, menés par Michel Ciment, il évoque cette carrière si particulière, partagée entre l'Union soviétique où il débuta comme co-scénariste avec Tarkovski sur Andreï Roublev et dirigea Sibériade, sa grande oeuvre, les États-Unis où il réalisa Maria's Lovers et Runaway Train, et la Russie où il revint tourner après la chute du régime soviétique jusqu'à son dernier film réalisé en Italie, Le Péché (2019) sur Michel-Ange.

Ces conversations sont une invitation à découvrir une oeuvre et une vie aussi foisonnantes que passionnantes.

Les dernières publications sur les mêmes auteurs

Feuilletez "Les Choses" avec les oreilles
Pierre-William Glenn (5/5) : De la responsabilité de la technique au Festival de Cannes à l’exercice de la mise en scène
30 min
A voix nue
LE 17/05/2019
Metteur en scène, Pierre-William Glenn exalte la moto, mais aussi bien Johnny Hallyday, pour un film présenté cette année à Cannes Classics. Par ailleurs,...
Pierre-William Glenn (4/5) : De Pialat et Losey à l’enseignement
31 min
A voix nue
LE 16/05/2019
Pour Pierre-William Glenn, le cinéma est un combiné d'énergie et de mouvement. Il faut un équilibre entre ces deux forces, dont l'expression la plus aboutie...
Pierre-William Glenn (3/5) : Les années 70, l’épanouissement
30 min
A voix nue
LE 15/05/2019
Dans les les années 70, Pierre-William Glenn multiplie les expériences, d'un XVIIIème siècle filmé caméra à la main dans "Que la fête commence", de Tavernier,...

À venir dansDans    secondess

Full ScreenCreated with Sketch.Close