LE DIRECT
Aux carrefours de la guerre

Aux carrefours de la guerre


Albin Michel

Description

Le 11 novembre 1940, Paul-Alain Léger manifeste à l'Arc de triomphe aux côtés de ses camarades lycéens contre l'occupant allemand ; en mai 1961, devenu capitaine après avoir traversé tous les "grands carrefours de la guerre", il se retrouve incarcéré au fort de Nogent à la suite du "putsch des généraux" à Alger. Ce raccourci résume le caractére exceptionnel de la vie de combattant de l'auteur de ces souvenirs. Fuyant à 19 ans la zone occupée, Paul-Alain Léger gagne l'Algérie. Après le débarquement anglo-américain de novembre 1942, il est envoyé à l'école d'élèves-officiers de Cherchell. Il rejoint les FFl en Grande-Bretagne. Parachuté en France en juillet 1944, avec une quinzaine d'hommes, il est au centre de l'opération du Bois d'Anjou, épisode mémorable dans l'histoire des missions des SAS. En avril 1945, c'est l'opération "Amherst" derrière les lignes allemandes, aux Pays-Bas. Paul-Alain Léger effectue ensuite deux séjours en Indochine ; il participe, entre autres, en janvier 1947, à la fameuse mission parachutiste sur Nam-Dinh. Opérant pour le SDECE, le capitaine Léger prend part à l'expédition de Suez en 1956. Il demande son affectation en Algérie où il forme le Groupe de Renseignement et d'Exploitation qui obtient des résultats remarquables par "l'infiltration" et "l'intoxication" du FLN à Alger et dans la wilaya III. Léger laisse son nom à la "Bleuïte", l'un des épisodes les plus extraordinaires de la guerre d'Algérie. 1958, 1960, 1961... Le 13 mai, les Barricades, le putsch des généraux. Trois dates d'espérances mais d'espoirs ensevelis. Là s'achèvent les souvenirs passionnants, évoqués avec talent, humour et émotion, d'un combattant dont la vocation s'était éveillée à 18 ans par le refus de la défaite. - Présentation de l'éditeur -

À venir dansDans    secondess