LE DIRECT
.

Avec toutes mes sympathies


Stock, 2018

Description

« Les mots des autres m'ont nourrie,  portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu à la mort de mon  frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité  d'écrire. Le suicide d'Alex m'a transpercée de chagrin, m'a mise aussi  dans une colère folle. Parce qu'un suicide, c'est la double peine, la  violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la  place, empêchant même de se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire.
Alex  était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine,  passionnante, aimante et aimée. Il s'est battu contre la mélancolie,  elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j'ai eu de  l'avoir comme frère, m'a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil  ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse  d'être triste.
Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. »
 O. L.

Olivia de Lamberterie est journaliste à Elle, chroniqueuse  littéraire à « Télématin » sur France 2, au « Masque et la plume » sur  France Inter et correspondante pour Radio Canada.

L'oeuvre d'Olivia de Lamberterie

Les dernières publications sur Olivia de Lamberterie

Valérie Manteau remporte le prix Renaudot pour "Le Sillon"
Art et création
LE 07/11/2018

Dans "Le Sillon", Valérie Manteau raconte le parcours de Hrant Dink, journaliste turco-arménien assassiné en 2007. Avec ce second roman, l'écrivaine a...

A nos chers disparus
59 min
Le Temps des écrivains
LE 15/09/2018

Spécial rentrée littéraire, avec trois livres sur le deuil, par trois femmes : Pauline Delabroy-Allard, Olivia de Lamberterie, et Sophie Daull

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.