LE DIRECT
Couverture

Éclats des vies muettes. Figures du minuscule et du marginal dans les récits de vie d’Annie Ernaux, Pierre Michon, Pierre Bergounioux et François Bon


Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2012

Description

(Site de l'éditeur, 2017)

Les récits de vie d’Annie Ernaux, Pierre Michon, Pierre Bergounioux et François Bon témoignent des figures oubliées de l’arbre généalogique et des laissés pour compte de la société contemporaine. En écho aux mutations épistémologiques des sciences humaines dans les années 1960-1970, ces quatre auteurs entendent écrire l’Histoire non plus du point de vue des hommes illustres, mais du point de vue des anonymes. La mise en récit des sans-voix participe d’un renouvellement des paradigmes de la narration dans les dernières décennies du XXe siècle. Les figures sans histoire semblent en effet induire des processus de réduction et de marginalisation du genre romanesque. La trame des vies muettes se déroule sur le mode de l’éclat, bribes de la mémoire ou jaillissement incisif d’un réel à vif. La ténuité des archives, le maintien d’un soupçon éthique et poétique quant à la reconfiguration narrative de ces vies réelles conduisent l’écrivain à délaisser les formes périmées du roman réaliste.

Ils le poussent aussi à questionner l’écart social et culturel avec ces demi-autres, mués en autant de miroirs de soi en éclats. Travaillées d’hypothèses personnelles, analytiques ou fantasmatiques, ces narrations au genre hybride font apparaître une figure d’auteur problématique, latérale et brisée, nourrie d’une incertitude épistémique majeure. Ces identités narratives diffractées – personnages et auteurs – interrogent en retour l’histoire de la littérature, sa place et sa puissance de résistance dans la société d’aujourd’hui.

Echoing the epistemological evolutions in the human sciences in the 1960s to 1970s, these four authors seek to record history not from the point of view of famous men, but rather from the anonymous. Figures without a story seem to induce a novel-like process of reduction and marginalisation. The fabric of muted lives unwinds thread-by-thread, in fractions of memory or in biting surges from a bitter reality. The threadbare archives and the ethical and poetic suspicions regarding the narrative reconfiguration of these real lives drives the writer to set aside the stale forms of the realist novel. They also push the author to question the social and cultural gaps with these half-others, silent as shattered mirrors of the self. Working from personal hypotheses, both analytical and fantasmatic, these hybrid narrations reveal the persona of the problematic author, who is lateral and broken, fed by major epistemological uncertainty. 

Les dernières publications

Annie Ernaux (4/4) : L'archéologie de la mémoire
59 min
La Compagnie des auteurs
LE 11/07/2019

Avec "Les Années", l'un des grands projets de l'écrivaine se réalise : l'écriture fragmentaire de la "dimension collective de l'Histoire vécue", mêlant...

Annie Ernaux (4/4) : L'archéologie de la mémoire
59 min
La Compagnie des auteurs
LE 18/01/2018

Avec "Les Années", l'un des grands projets de l'écrivaine se réalise : l'écriture fragmentaire de la "dimension collective de l'Histoire vécue", mêlant...

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.