LE DIRECT
Emancipation, guerre et révolution

Émancipation, guerre et révolution : écrits sur l'histoire, la stratégie et l'organisation des Noirs aux États-Unis, 1936-1967


M EDITEUR, 2013

Description

préface de Emmanuel Delgado Hoch, Patrick Le Trehondat, Richard Poulin et Patrick Silberstein

postface de Maboula Soumahoro

traduction, Emmanuel Delgado Hoch, Patrick Le Trehondat et Patrick Silberstein

À la fois théoricien marxiste, pionnier du mouvement panafricaniste, nationaliste noir, indépendantiste antillais, écrivain, critique littéraire et spécialiste de criquet, C. L. R. James est l’un des grands penseurs du xxe siècle, mais son œuvre est injustement trop peu connue, surtout des francophones. En 1935, James anime le mouvement contre l’invasion de l’Éthiopie par l’armée de Mussolini. Il est doublement concerné par cette guerre, comme Noir et comme socialiste internationaliste. Il dirige alors l’International African Friends of Ethiopia et mène une lutte passionnée dans la gauche britannique contre cette guerre. Deux ouvrages, publiés respectivement en 1937 et 1938, témoignent de sa recherche d’une orientation nouvelle entre marxisme et libération noire : World Revolution, une histoire de l’Internationale communiste, et surtout son chef-d’œuvre, Les jacobins noirs, qui retrace l’histoire de la première révolution victorieuse des esclaves, dirigée par Toussaint Louverture, contre le pouvoir colonial à Saint-Domingue (Haïti et République dominicaine).Inaccessibles en français, les textes réunis dans Émancipation, guerre et révolution s’adressent à la question noire aux États-Unis. C. L. R. James y analyse des conditions de l’abolition de l’esclavage et le rôle des Noirs dans la radicalisation du mouvement abolitionniste, ce qui allait façonner la jeune démocratie états-unienne. Il nous plonge dans une discussion politique sur le mouvement noir confronté à la Seconde Guerre mondiale et son attitude durant le conflit. Il discute du projet de création d’un État noir dans le sud des États-Unis. Surtout, il explique pourquoi il est nécessaire que les opprimés s’auto-organisent, condition sine qua non à la jonction des luttes des Afro-Américains pour leurs droits avec celles du mouvement ouvrier.Révolutionnaire, James dessine le contenu d’une politique d’émancipation qui articule les questions de race et de classe, de la libération nationale et du socialisme. Nourri de son expérience personnelle et de discussions avec des révolutionnaires, notamment avec Trotsky (discussions publiées en annexe de ce livre), C. L. R. James nous offre une réflexion sur des questions qui agitent encore nos sociétés : le rôle du racisme certes, mais aussi les voies et les moyens de l’auto-organisation des opprimés dans leur quête d’émancipation.

La dernière publication

Qui a peur de l'appropriation culturelle ? / Monsanto : un jugement historique
1h09
Le Magazine du week-end
LE 11/08/2018

Le spectacle « Kanata » du Théâtre du Soleil a été annulé, accusé d’ «appropriation culturelle ». De quoi parle-t-on ? Et y a-t-il un risque pour la création...

À venir dansDans    secondess

Full ScreenCreated with Sketch.Close