LE DIRECT

Exterminations et littérature. Les témoignages inconcevables


PUF, Paris, 2019

Description

Élaboré depuis la Seconde Guerre mondiale par des survivants de l'extermination, le témoignage littéraire des violences politiques de masse va, par son ambition éthique, au rebours des conceptions cyniques ou décoratives de l'art. Il bouleverse les catégories de la philosophie du langage : les faits deviennent inséparables des valeurs, le style de la recherche de la vérité. Au-delà du « devoir de mémoire », le témoignage refonde la notion de littérature mondiale autour des valeurs des droits de l'homme.

Après la mort des témoins, toutefois, nombreux sont les auteurs à considérer que la fiction est supérieure à l'histoire. Faux témoignages ou romans historiques occupent désormais le devant de la scène littéraire. L'esthétisation de la violence l'emportera-t-elle sur l'exigence éthique du témoignage ?

Prenant notamment appui sur les textes de Primo Levi, de Jean Améry et de Varlam Chalamov, François Rastier étend son analyse aux oeuvres d'auteurs tels que Jorge Semprún, Jonathan Littell ou Yannick Haenel, et interroge la « déconstruction » de l'histoire et de la littérature.

La dernière publication sur François Rastier

Le silence : condition ou corruption de la parole publique (2/5) : Les témoignages que l’on ne veut pas entendre
43 min
Matières à penser
LE 24/12/2019

Il ne suffit pas de parler pour être entendu. Les rescapés de la Shoah en ont par exemple fait l’expérience. Nous approfondissons ce soir cette question...

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.