LE DIRECT

Je n'ai pas interrogé les morts


Tallandier, 2006

Description

Ils ont survécu. À la persécution, à la déportation, au travail forcé, à l'assassinat de leurs proches. À un désastre qui anéantit et disloqua, de 1939 à 1945, des millions de vies. Il y a soixante ans, le psychologue américain David Boder décide de recueillir les récits des rescapés de la guerre mondiale, réfugiés dans des camps pour personnes déplacées. Durant l'été 1946, il se rend en Europe avec un magnétophone à fil. Il enregistre leur parole à chaud, fidèlement, en permettant aux témoins de s'exprimer avec leurs propres mots, dans leur propre langue. Des cent vingt entretiens réalisés en quatre mois, Boder tirera une monumentale «bibliothèque de la catastrophe», source essentielle sur l'Holocauste et sur les traumatismes liés à la guerre et aux camps, et embryon, croit-il, d'une nouvelle forme de littérature. Dès 1949, il choisit de rassembler les huit récits bouleversants repris ici. Ces histoires de destins meurtris par la catastrophe sont aussi un hommage à ceux qui ont survécu. Car ce sont bien les vivants dont s'occupait Boder, eux qu'il interrogeait: «Ce ne sont pas les histoires les plus sinistres que l'on puisse raconter: je n'ai pas interrogé les morts.» -Présentation de l'éditeur-

L'oeuvre de David P. Boder

La dernière publication sur David P. Boder

Une histoire des mémoires (1/3) : Faire témoigner : les collecteurs de mémoires de la Shoah
52 min

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.