LE DIRECT
Je n'ai qu'une langue, ce n'est pas la mienne

Je n'ai qu'une langue, ce n'est pas la mienne


Pauvert, 2016

Description

A tous ceux qui écrivent en français sans appartenir à la nation française, l’institution littéraire rappelle, de façon parfois violente, que la littérature est une expression nationale. Les écrivains francophones ont la langue française en partage, mais ce partage n’est le plus souvent reconnu que par exotismefolklorisme, créant des sous-ensembles touristiques de la littérature française.
Cette ambivalence, les écrivains algériens en ont fait et continuent d’en faire l’expérience jusqu’au paroxysme. Parce que, à la différence de la Côte d’Ivoire, du Maroc, du Liban, mais aussi du Canada, de la Suisse, de la Belgique, l’Algérie fut française.

Suffit-il d’écrire dans la langue de Molière pour être  reconnu comme un « écrivain français » ? Ou la littérature entretient-elle, en France, un rapport trop étroit avec la nation pour que ce soit si simple ? Amoureuse de sa langue, la France en est aussi jalouse. Pour tous ceux qui l’ont en partage ailleurs dans le monde, elle devient alors un objet de lutte, de quête et de conquête.
Retraçant les carrières de cinq écrivains algériens de langue française (Kateb Yacine, Assia Djebar, Rachid Boudjedra, Kamel Daoud et Boualem Sansal), Kaoutar Harchi révèle qu’en plus de ne s’obtenir qu’au prix d’authentiques épreuves, la reconnaissance littéraire accordée aux écrivains étrangers n’est que rarement pleine et entière. Car si la qualité du style importe, d’autres critères, d’ordre extra-littéraire, jouent un rôle important.
Souvent pensée en termes de talent, de don, de génie, la littérature n’est-elle pas, aussi, une question politique ?

- Présentation de l'éditeur - 

L'oeuvre de Kaoutar HARCHI

Les dernières publications sur Kaoutar HARCHI

Kateb Yacine (4/4) : L'ambivalente reconnaissance de Kateb Yacine
58 min
La Compagnie des auteurs
LE 06/06/2019

Nous nous interrogeons dans cette dernière émission sur la postérité de Kateb Yacine, en France comme en Algérie.

Sommet de la francophonie : la langue, outil de pouvoir ou de partage ?
44 min
Dimanche, et après ?
LE 07/10/2018

On entend dire que la francophonie doit être "décomplexée", "plurielle", "ouverte", "bienveillante", "inclusive"... qu'est-ce que cela veut dire ? La francophonie...

Christiane Taubira : "Il y a un lien intrinsèque entre les racines et les ruptures de vie"
Conférences
Institut du monde arabe
LE 12/10/2017

Des femmes de sensibilités différentes croisent leur réflexion autour de questions urgentes telles que la radicalité, l’imaginaire, le sens, l’écriture,...

Ecrire (5/5) : Carte blanche littéraire à Kaoutar Harchi
59 min
Les Nouvelles vagues
LE 24/03/2017

Dernier temps de cette semaine autour du verbe "écrire". Nous proposons en direct et en public du Salon Livre Paris 2017 une carte blanche littéraire à...

Tours et détours de la langue française (3/4) : Ecrire dans la langue de l’autre
57 min
CulturesMonde
LE 22/03/2017

On parle souvent de littérature "francophone" pour évoquer la littérature congolaise, algérienne, ou encore camerounaise. Pourquoi écrire dans la langue...

Je n'ai qu'une langue ce n'est pas la mienne
12 min
Le Petit Salon
LE 21/10/2016

C'est une citation de Derrida mais aussi le titre d'un essai passionnant de Kaoutar Harchi paru en août dernier sur les écrivains algériens de langue française....

Passer la frontière littéraire
29 min
La Suite dans les idées
LE 17/09/2016

Ecrire en français depuis la marge et venir chercher la reconnaissance dans la capitale de la République des Lettres : la jeune romancière et sociologue...

La parole des musulmans dans le débat public
20 min
L'Invité des Matins d'été
LE 19/08/2016

Quelle place les Français de culte ou de culture musulmane peuvent-ils ou doivent-ils prendre dans le débat public sur l'islam, et plus largement sur l'animation...

image par défaut
2h
image par défaut
50 min
image par défaut
1h59

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.