LE DIRECT

Je t'aime moi non plus, Volume 1, De Gainsbourg à Goldman


Don Quichotte, 2016

Description

Editeur :

Tous les chanteurs français depuis les années 1960 sont à la fois les enfants de Brassens et des Beatles. Je t’aime, moi non plus chronique les conséquences pour eux de cette double paternité… souvent antinomique. Récit de 50 ans de chansons en France.

Depuis le début des années soixante, tous les chanteurs – et les groupes – français sont les enfants croisés de la chanson française et du rock, de Brassens et de Dylan, de Brel et des Beatles, de Ferré et de Hendrix. Qu’ils veuillent et le reconnaissent ou non.

C’est cette dualité, cette double paternité écrasante, que le livre d’Yves Bigot analyse, explore, constate et commente, le plus souvent en compagnie des artistes concernés.

De Gainsbourg (le premier des Modernes) et Nougaro (le dernier des Classiques) à Renaud et Goldman, si chers au c(h)œur des Français, ce premier volume passe en revue les carrières et les contributions, les tourments parfois, de nos pionniers du rock (Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Dick Rivers), nos amateurs de rhythm’n’blues (Nino Ferrer), nos beatniks (Hugues Aufray, Antoine, Le Forestier, Charlebois, Polnareff), nos dandys (Ronnie Bird, Christophe, Dutronc), nos égéries (Sylvie Vartan, Françoise Hardy), nos singers-songwriters à l’américaine (Yves Simon, Véronique Sanson), nos romantiques (Julien Clerc, William Sheller), nos rebelles (Higelin, Lavilliers), nos fans de pop (Laurent Voulzy, Il Était Une Fois), nos irréductibles (Bashung, Murat, Manset), sans oublier Adamo et Souchon, et jusqu’aux Américains de Paris (Joe Dassin, Mort Shuman).

Ce faisant, Je t’aime, moi non plus rappelle le dialogue parfois musclé, souvent antagoniste, mais la plupart du temps fraternel, entre l’auteur, journaliste à Libération, Rolling Stone, Europe 1, France-Inter, pour « Les Enfants du rock » et « Rapido », et ces artistes, dont il a produit certains à Fnac Music et Mercury, lorsque la question de savoir qui était rock et ne l’était pas était véritablement existentielle.

Les dernières publications sur Yves Bigot

image par défaut
51 min

À venir dansDans    secondess

Full ScreenCreated with Sketch.Close