LE DIRECT
J'essaie de peindre la lumière du monde

J'essaie de peindre la lumière du monde - Page 2


Coédition Gallimard / Institut du Monde Arabe, 2017

Description

Tahar Ben Jelloun revendique être un autodidacte en peinture. Son apprentissage, il l'a fait avec les yeux et la mémoire, en regardant, en prenant le temps de contempler le travail des peintres vers lesquels son goût et son empathie l'ont guidé. Et sur lesquels il a écrit, peintres d'hier, peintres d'aujourd'hui, de l'Occident comme de l'Orient. Jusqu'au jour où attaquer une toile lui a procuré cette sensation, déjà vécue avec la poésie, que les arts dits «plastiques» peuvent redonner foi en l'homme, faire espérer un monde meilleur. 
La perspective de prendre les pinceaux, de manipuler l'acrylique le met en joie. Cette joie s'accompagne désormais d'une exigence similaire à celle qu'il met à écrire : presque sans ratures, comme dans ses manuscrits. Le mouvement du pinceau conjugue instinct et réflexion. Le bonheur est là «quand ça vient tout seul», comme Henri Matisse l'exprima si bien à Tanger. - site éditeur - 

Les dernières publications sur Tahar Ben Jelloun

image par défaut
7 min
image par défaut
8 min
image par défaut
52 min
image par défaut
50 min
image par défaut
1h
image par défaut
1h
image par défaut
40 min
image par défaut
1h

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.