LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Couverture

John Florio alias Shakespeare


Le Bord de l'eau, 2015
Description

(Site de l'éditeur, 2017)

Préface de Daniel Bougnoux | Traduction de Michel Vaïs

La question de l’identité de William Shakespeare hante le monde littéraire depuis bientôt deux cents ans, au cours desquels cette œuvre immense a été attribuée à plus d’une cinquantaine d’Anglais dont Francis Bacon, Edouard de Vere ou Marlowe... Lui donner, sans autre discussion, la paternité d’un « génie » petit-bourgeois de province réfractaire aux langues étrangères, entrepreneur de spectacles à Stratford-upon-Avon, joués à Londres, ne fait donc pas vraiment l’unanimité…

Par une démonstration-enquête minutieuse et érudite, Lamberto Tassinari dévoile que John Florio était Shakespeare. Fils d’un émigré italien, Michel Angelo Florio, juif converti, prédicateur franciscain puis calviniste, John Florio naquit à Londres onze ans avant le Shakespeare officiel... John, lexicographe, auteur de dictionnaires, polyglotte, traducteur de Montaigne puis de Boccace, précepteur à la cour de Jacques 1er, employé à l’ambassade de France ne cessa de jouer les « passeurs » culturels.

Produire l’œuvre de Shakespeare supposait d’immenses ressources matérielles, telles que la possession d’une riche bibliothèque, circonstance à l’époque rarissime, mais aussi la connaissance de langues étrangères (au premier rang desquelles l’italien), des voyages en Europe continentale, la fréquentation de la cour et de la noblesse. Et que dire de cette intimité passionnée avec la musique, avec l’Écriture sainte, et de sa connaissance précise des humanistes de la Renaissance continentale (Dante, l’Aretin, Giordano Bruno pour l’Italie, Montaigne chez nous) ?

« La Tempête » exprime de façon poignante, quoique cryptée, la plainte de l’exilé, la perte du premier langage, sa consolation par la fantasmagorie et les méandres douloureux du rapport générationnel... Les tourments de l’exil hantent les « Sonnets » : sont-ils vraiment de la plume d’un homme voyageant pour ses affaires de Stratford à Londres, et qui ne sortit jamais de son île ?

On a souvent remarqué l’étrangeté de la langue de Shakespeare sans jamais faire l’hypothèse qu’il pourrait être étranger...

Au fil des pages les indices s’accumulent... On découvre « Shakespeare » rendu à sa richesse et à sa complexité nées du polylinguisme et des souffrances de l’exil.

Et s’il était juif et italien... mais, comme le dit de lui-même Florio, toujours « anglais de cœur » ?

Lamberto Tassinari est un philosophe canadien né en Italie qui a travaillé dans l'édition et a consacré plusieurs années de sa vie à étudier minutieusement l'œuvre de Shakespeare. Il a fondé et dirigé la revue transculturelle Vice Versa de 1983 à 1996.

Les oeuvres des mêmes auteurs Lamberto Tassinari

Couverture

Shakespeare, le choix du spectreDaniel BougnouxLes Impressions Nouvelles, 2016

Oeuvres romanesques complètes - Tome II - AragonLouis Aragon et Daniel BougnouxParis, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2000

La dernière publication sur John Florio alias Shakespeare
William Shakespeare 4/4 : Filouterie et fraude
58 min
La Compagnie des auteurs
LE 01/02/2018
Deux questions sur Shakespeare. La première porte sur les personnages de filous, de roublards chez Shakespeare et dans l'Angleterre élisabéthaine : sont-ils...
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......