LE DIRECT
Le cinéma de John Huston, entre l'épique et l'intime, de Christophe Leclerc

Le cinéma de John Huston, entre l'épique et l'intime


Publibook, 2006

Description

Le Faucon maltais, African Queen, Moby Dick, The Misfits, Fat City, L'Homme qui voulut être roi... Les films de John Huston sont dans toutes les mémoires. Mais "à mesure que l'on prend de la distance, on s'aperçoit à quel point on n'a pas vraiment su regarder cette oeuvre" (Christian Viviani, Positif, 1988).

Le temps semble venu de reconsidérer la filmographie foisonnante de John Huston. Une oeuvre singulière, notamment parce qu'elle se situe à la confluence du cinéma épique américain et d'un intimisme plus européen. Une oeuvre peuplée de personnages atypiques, aventuriers fatigués, faux pasteurs ou gangsters désabusés, tous jaloux de leur liberté.

Huston, qui aurait eu cent ans en 2006, n'est pas moins intéressant que ses personnages de celluloïd. Baroudeur truculent, misogyne irascible et narcisse tyrannique, il cultiva, devant la caméra de Preminger, Polanski ou Welles, l'image d'un homme viril - un double d'Hemingway.

Christophe Leclerc nous invite à découvrir un autre Huston. Esthète sensible, dandy curieux de philosophie et de littérature, un Huston qui serait plutôt "un chat qui marche comme un ours".Christophe Lel

Les dernières publications sur Christophe Leclerc

À venir dans ... secondes ...par......