LE DIRECT

L'enfant et la mort dans l'Occident néolithique


Editions Errance, 2018

Description

À l'image de toutes les sociétés prétransitionnelles, les populations agropastorales européennes du VIe au IIe millénaire av. J.-C. connurent un taux très élevé de mortalité infantile. On considère en effet qu'un enfant néolithique sur deux n'atteignait pas l'âge de la puberté. Entre la naissance et le trépas, le temps était tristement compté et l'existence demeurait infiniment fragile.

Ainsi, quel fut l'impact de cette faible espérance de vie des petits sujets sur les liens familiaux ? Les enfants morts firent-ils l'objet d'indifférence, comme on l'a longtemps supposé, ou au contraire bénéficièrent-ils de soins accrus ?

Questionnement complexe que ce livre tente d'élucider, renouvelant une pensée toujours en vigueur depuis le XIXe siècle et modifiant profondément notre regard sur l'enfant du Néolithique.

Une étude de l'impact de la forte mortalité infantile sur les liens familiaux dans l'Europe agropastorale du VIe au IIe millénaire av. J.-C. On considère en effet qu'un enfant néolithique sur deux n'atteignait pas l'âge de la puberté. Quel fut l'impact de cette faible espérance de vie des petits sujets sur les liens familiaux ? Les enfants morts firent-ils l'objet d'indifférence ?

L'oeuvre d'Alain Beyneix

La dernière publication sur Alain Beyneix

La place des enfants dans les premières sociétés agropastorales d'Europe
31 min
Carbone 14, le magazine de l'archéologie
LE 17/03/2019

Le début des premières sociétés de production, désormais versées dans l’agro-pastoralisme, entraîna un nouveau mode de vie révolutionnaire, l’emprise de...

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.