LE DIRECT
Les autres soirs

Les autres soirs


Tallandier, 2004

Description

Cantatrice britannique d'origine allemande, Elisabeth Schwartzkopf a rejoint en 1934 le conservatoire de Berlin où elle reçu une solide formation musicale qui lui a permis ensuite d'exceller dans les grands rôles de Mozart et de Richard Strauss sur les principales scènes du monde, notamment aux opéras de Berlin et de Vienne. Soprano lyrique, elle fut aussi remarquable dans l'interprétation du lied allemand. Elisabeth Schwarzkopf n'a jamais eu de goût pour se raconter elle-même. Comme artiste elle devait au public sa voix. On sait comme elle l'a donnée, et comme le disque perpétue cette présence. Le reste pour elle est vie privée, c'est-à-dire travail, et silence. Ce silence, elle l'a choisi. Aujourd'hui elle en sort et ce n'est ni pour se raconter ni pour se justifier. Pour quoi alors ? Aux années 80, dans les nombreuses discussions publiques qu'elle menait avec André Tubeuf, son ami français de longue date, on lui a posé la question : « Que faisiez-vous entre temps ? » Et elle répondait : « il n'y a pas d'entre temps. Le travail occupe tout le temps ». Dans son chant, à Salzbourg, à Milan, à New York, le public n'avait à voir que la perfection obtenue. Dans les disques produits par son mari, Walter Legge, cette recherche de la perfection était poussée, s'il est possible, plus loin encore. Aujourd'hui, en chant comme ailleurs, on voudrait le résultat sans la préparation. Et d'autre part, tout semble se liguer pour défigurer ce à quoi la génération de Schwarzkopf et Legge a voué son talent et sa peine, pour que Mozart ait sa sonorité, son visage. Elle est une survivante et un témoin, la dernière à pouvoir dire quel entre temps de discipline et de travail nourrissait la perfection et le travail qu'on reconnaît aux disques des années 50, et les grands ensembles de Salzbourg d'autrefois. Plus d'une fois, elle est descendue dans l'arène pour protester. Schwarzkopf a repris ses agendas, ses dates, dans un minutieux travail de reconstitution. Ce qu'elle livre aujourd'hui, c'est son emploi du temps - l'emploi du temps d'une chanteuse qui en deux mois d'été 1951 rouvrait Bayreuth en chantant la Neuvième avec Furtwängler et Meistersinger avec Karajan, avant de fêter à Venise le cinquantenaire de la mort de Verdi avec De Sabata et d'y chanter Anne Trulove à la création mondiale du Rake's Progress dirigé par Stravinsky. - Présentation de l'éditeur - (date de publication : 1er juin 2004)

Les oeuvres des mêmes auteurs Elisabeth Schwarzkopf

Ludwig van BeethovenAndré TubeufActes Sud / Classica, 2009

Les dernières publications sur les mêmes auteurs

Philosopher avec Beethoven (3/4) : Un héros nietzschéen ?
58 min
Les Chemins de la philosophie
LE 05/02/2020

"Viens, espérance, illuminer les cachots !" chante Fidelio dans l'unique opéra de Beethoven. Comme Nietzsche, le compositeur puise-t-il la force de l’espérance...

Philosopher avec Mozart (4/4) : Platon à l'opéra
58 min
Les Chemins de la philosophie
LE 24/01/2019

Il y a des dissensions sur beaucoup de musiciens, mais pas sur Mozart, qui parle aux coeurs de tous, compositeur universel par excellence. Sa musique serait-elle...

image par défaut
43 min
image par défaut
51 min
image par défaut
57 min
image par défaut
1h
image par défaut
40 min
image par défaut
1h

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.