LE DIRECT

Les larmes de Rome


Anamosa, 2017

Description

Des chevaux pleurent sur les rives du Rubicon. Ils errent le long du fleuve. Le meurtre de César est annoncé. Ce prodige rapporté par Suétone le suggère : les larmes coulent en abondance chez les Romains. Elles sont même un adjuvant incontournable du politique, l’arme privilégiée des orateurs et le moyen de se distinguer du vulgaire. Les empereurs, le peuple, les sénateurs, les soldats pleurent. Débats publics, procès ou ambassades, tout est prétexte aux déversements d’émotions. Souvent dépeints en guerriers impitoyables, les Romains sont trop rarement montrés dans leurs moments de fragilité ou d’égarement. Ils construisent des routes, des ponts et des villes, bâtissent un empire, mais ne s’abaissent pas à pleurer, pense-t-on. Leur mauvaise réputation de rudesse a jusque-là découragé toute enquête générale sur leurs larmes, là où les lamentations des héros grecs ont déjà fait couler beaucoup d’encre.

Dans cette histoire inversée de la force romaine, il faut accepter de ne pas s’y reconnaître, de perdre pied. Le parcours que propose ce livre est ainsi celui d’un paradoxe : saisir l’étrangeté de ces larmes d’hier si semblables aux nôtres, c’est aussi comprendre qu’elles n’ont rien de celles d’aujourd’hui.

Une originale et dépaysante plongée dans les comportements sociaux de ces conquérants sentimentaux.(présentation de l'éditeur)

L'oeuvre de Sarah Rey

Les dernières publications sur Sarah Rey

Aux larmes, philosophes !
5 min
Le Journal de la philo
LE 22/11/2017

De l’Antiquité aux mélodrames américains, panorama philosophique des larmes.

Odeurs et sentiments
52 min
La Fabrique de l'Histoire
LE 20/10/2017

A l'occasion de la publication de deux livres, nous recevons ce matin l'historien Robert Muchembled et l'historienne Sarah Rey

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.