LE DIRECT

Mal faire, dire vrai Fonction de l'aveu en justice - cours de Louvain, 1981 Première édition


Édité par Fabienne Brion, Bernard E. Harcourt, 2012

Description

Aux mois d'avril et de mai 1981, Michel Foucault prononce un cours qu'il intitule Mal faire, dire vrai. Fonction de l'aveu en justice. Il y poursuit l'élaboration de la notion de gouvernement par la vérité, introduite en janvier 1979 dans _La naissance de la biopolitique _puis reprise en janvier 1980 dans Le gouvernement des vivants pour donner un contenu positif et différencié à la notion de savoir-pouvoir et opérer par rapport à celle d'idéologie dominante un second déplacement.

Le cours est la trace d'un engagement militant : le fruit de l'alliance nouée avec des juristes radicaux, sous l'égide de l'École de criminologie de l'Université catholique de Louvain, à l'occasion d'un projet de révision du code pénal en vigueur en Belgique. Adressé à un public de juristes et de criminologues, il replace l'analyse du développement de l’aveu pénal dans l’histoire plus générale des technologies du sujet et examine diverses techniques par lesquelles l’individu est amené, soit par lui-même, soit avec l’aide ou sous la direction d’un autre, à se transformer et à modifier son rapport à soi. D’entrée de jeu, Michel Foucault annonce que le problème qui l’occupe a deux aspects. Politique : « savoir comment l’individu se trouve lié, et accepte de se lier au pouvoir qui s’exerce sur lui ». Philosophique : « savoir comment les sujets sont effectivement liés dans et par les formes de véridiction où ils s’engagent ».

Ainsi conçues, les leçons peuvent se lire comme une suite donnée à Surveiller et punir ou comme une première esquisse de l’analyse de la parrêsia et des formes alêthurgiques développée dans Le courage de la vérité. Avec le sujet avouant, ce n’est pas seulement le thème du dire vrai qui est introduit. Parce que les formes de véridiction ont partie liée avec l’assujettissement et la déprise de soi, c’est aussi la question de ce qui s’en déduit pour la philosophie critique – qu’en l’occurrence, Michel Foucault met en œuvre, à la croisée de l’activité pratique et de l’activité théorique, de la politique et de l’éthique.

_« On parle souvent de la récente domination de la science ou de l’uniformisation technique du monde moderne. Disons que c’est là la question du "positivisme", au sens comtien du terme, et peut-être vaudrait-il mieux associer à ce thème le nom de Saint-Simon. Je voudrais évoquer, pour y loger les analyses que je vous propose, un contre-positivisme qui n’est pas le contraire du positivisme, plutôt son contrepoint. Il se caractériserait par l’ étonnement devant la très ancienne multiplication et prolifération du dire vrai, la dispersion des régimes de véridiction dans des sociétés comme les nôtres. »_

Cet ouvrage, coédité par les Presses universitaires de Louvain et University of Chicago Press, est le fruit d’une collaboration entre l’École de criminologie de l’Université catholique de Louvain et University of Chicago.

Aux mois d'avril et de mai 1981, Michel Foucault prononce un cours qu'il intitule Mal faire, dire vrai. Fonction de l'aveu en justice. Il y poursuit l'élaboration de la notion de gouvernement par la vérité, introduite en janvier 1979 dans La naissance de la biopolitique puis reprise en janvier 1980 dans Le gouvernement des vivantspour donner un contenu positif et différencié à la notion de savoir-pouvoir et opérer par rapport à celle d'idéologie dominante un second déplacement.
Le cours est la trace d'un engagement militant : le fruit de l'alliance nouée avec des juristes radicaux, sous l'égide de l'École de criminologie de l'Université catholique de Louvain, à l'occasion d'un projet de révision du code pénal en vigueur en Belgique. Adressé à un public de juristes et de criminologues, il replace l'analyse du développement de l’aveu pénal dans l’histoire plus générale des technologies du sujet et examine diverses techniques par lesquelles l’individu est amené, soit par lui-même, soit avec l’aide ou sous la direction d’un autre, à se transformer et à modifier son rapport à soi. D’entrée de jeu, Michel Foucault annonce que le problème qui l’occupe a deux aspects. Politique : « savoir comment l’individu se trouve lié, et accepte de se lier au pouvoir qui s’exerce sur lui ». Philosophique : « savoir comment les sujets sont effectivement liés dans et par les formes de véridiction où ils s’engagent ».
Ainsi conçues, les leçons peuvent se lire comme une suite donnée à Surveiller et punir ou comme une première esquisse de l’analyse de la parrêsia et des formes alêthurgiques développée dans Le courage de la vérité. Avec le sujet avouant, ce n’est pas seulement le thème du dire vrai qui est introduit. Parce que les formes de véridiction ont partie liée avec l’assujettissement et la déprise de soi, c’est aussi la question de ce qui s’en déduit pour la philosophie critique – qu’en l’occurrence, Michel Foucault met en œuvre, à la croisée de l’activité pratique et de l’activité théorique, de la politique et de l’éthique.
« On parle souvent de la récente domination de la science ou de l’uniformisation technique du monde moderne. Disons que c’est là la question du "positivisme", au sens comtien du terme, et peut-être vaudrait-il mieux associer à ce thème le nom de Saint-Simon. Je voudrais évoquer, pour y loger les analyses que je vous propose, un contre-positivisme qui n’est pas le contraire du positivisme, plutôt son contrepoint. Il se caractériserait par l’ étonnement devant la très ancienne multiplication et prolifération du dire vrai, la dispersion des régimes de véridiction dans des sociétés comme les nôtres. »
Cet ouvrage, coédité par les Presses universitaires de Louvain et University of Chicago Press, est le fruit d’une collaboration entre l’École de criminologie de l’Université catholique de Louvain et University of Chicago.

Les oeuvres de Michel Foucault

Les dernières publications sur Michel Foucault

Histoire de la folie, selon Michel Foucault
icon/ cameraCreated with Sketch.
Vidéo
LE 10/04/2019

Lorsque Michel Foucault publie sa thèse, "Histoire de la folie à l'âge classique", il met en perspective le rôle du fou dans la société depuis le Moyen...

Une histoire de la folie (3/4) : Quelle histoire de la folie après Foucault ?
53 min
La Fabrique de l'Histoire
LE 27/02/2019

La thèse de doctorat de Michel Foucault, publiée en 1961 sous le titre "Folie et déraison. Histoire de la folie à l'âge classique", fut un événement intellectuel...

L'aveu sous toutes ses formes (1/5) : L’aveu comme acte de reddition au pouvoir
44 min
Matières à penser
LE 25/02/2019

L’aveu est une pratique complexe et controversée. Sa plasticité et son ambivalence expliquent qu’il soit toujours présent sans jamais cesser de se recomposer....

A votre santé ! (4/4) : Les malades du capitalisme
58 min
Entendez-vous l'éco ?
LE 21/02/2019

Peut-on établir une corrélation entre précarité et maladie mentale ? Si le capitalisme ne crée pas des fous, il crée en tout cas des normes : la rationalité...

Michel Foucault à propos de son essai "Les Mots et les Choses"
29 min
Les Nuits de France Culture
LE 17/02/2019

Michel Foucault à propos de "Les Mots et les Choses" (1ère diffusion : 01/01/1973)

Frédéric Gros : "S’il y a un rôle à la folie, c’est de nous faire honte"
Conférences
Bibliothèque publique d'information
LE 31/01/2019

Dans sa thèse "Histoire de la folie à l’âge classique", Michel Foucault a pour ambition de rendre notre superbe rationalité "honteuse".

Deux cours inédits de Michel Foucault sur la sexualité
4 min
Le Journal de la philo
LE 26/12/2018

L’événement philosophique de 2018 aura sans doute été la publication de deux cours inédits sur la sexualité prononcés par Foucault en 1964 et 1969, soit...

Les utopies réelles de Michel Foucault : "On ne vit pas dans un espace neutre et blanc"
35 min
Les Nuits de France Culture
LE 15/12/2018

Qu'est-ce qu'un cimetière, une salle de cinéma, un jardin, un asile psychiatrique, une maison close ou encore une prison peuvent-ils bien avoir de commun...

Psychiatrie (1/4) : L’Histoire de la folie par Michel Foucault
58 min
Les Chemins de la philosophie
LE 10/12/2018

En 1961, Foucault soutient sa thèse intitulée "Histoire de la folie". Objet de nombreuses critiques, elle n'est pas tant une histoire de la psychiatrie...

Hervé Guibert (4/4) : L'effet Guibert
58 min
La Compagnie des auteurs
LE 22/11/2018

Mathieu Simonet, Bénédicte Heim et Brigitte Ollier sont les invité.e.s de notre table ronde pour cette dernière émission de la série consacrée à Hervé...

Hervé Guibert (1/4) : L'Ange Guibert
58 min
La Compagnie des auteurs
LE 19/11/2018

Hervé Guibert (1955-1991), ses mots, sa photo et ses maux. Cette série revient sur la vie de l'écrivain, journaliste et photographe français, ami du philosophe...

Pourquoi il faut relire "Surveiller et punir" de Michel Foucault
Conférences
Forum des images
LE 01/11/2018

Que nous apprend la relecture de "Surveiller et punir" ? Des réformes et des alternatives sont aujourd’hui étudiées. Peut-on sortir des deux extrêmes que...

A la poursuite des livres manquants (3/4) : Un dernier Foucault : et la chair passa aux aveux
55 min
LSD, La série documentaire
LE 31/10/2018

En février 2018 paraissait enfin le grand livre manquant de Michel Foucault : Les Aveux de la chair. Trésor parmi un trésor plus vaste encore, celui des...

Points névralgiques de la philosophie
5 min
Le Journal de la philo
LE 22/10/2018

Le philosophe Yves Charles Zarka revient sur les grands concepts de quelques philosophes contemporains, notamment Michel Foucault, dans son dernier ouvrage...

Guérir des cerveaux malades : quand l'homosexualité redevient une maladie honteuse
LE 27/08/2018

Consulter un psychiatre serait de bon sens pour déminer tout élan homosexuel chez leurs enfants, estime le pape François. En revenant aux débuts de la...

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.