LE DIRECT
Mémoires de Vidocq

Mémoires de Vidocq


Nouveau Monde éditions

Description

« Reprendre des fers que j'avais brisés au prix de tant d’efforts, cette idée me poursuivait sans cesse : mon secret, je ne le possédais pas seul, il y avait des forçats par le monde, si je les fuyais, je les voyais prêts à me livrer : mon repos, mon existence étaient menacés partout, et toujours. Un coup d’œil, le nom d’un commissaire, l’apparition d’un gendarme, la lecture d’un arrêt, tout devait exciter et entretenir mes alarmes. […] J’étais hors de la société, et pourtant je ne demandais qu’à lui donner des garanties ; je lui en avais donné, j’en atteste ma conduite invariable à la suite de chacune de mes évasions, mes habitudes d’ordre, et ma fidélité scrupuleuse à remplir tous mes engagements. »

Fils de boulanger né à Arras en 1775, Eugène-François Vidocq mena une vie formidablement romanesque : soldat avant d’embrasser la carrière de voleur, bagnard à Brest et à Toulon, évadé célèbre, as du déguisement, il devient indic à 34 ans, puis s’illustre comme chef de la « sûreté » à la préfecture de police de Paris. Retraité, il fonde la toute première agence de détectives privés. Plaidoyer pro domo contre ses détracteurs, ses Mémoires-fleuve en font aussi un moraliste engagé, conteur malicieux des voleurs et des dupes et observateur critique des iniquités de son temps.

Les dernières publications

De bagnard à chef de la brigade de sûreté : l'incroyable destin de Vidocq
Actualités
LE 19/12/2018

Il a inspiré Balzac et Victor Hugo. Brigand, militaire, bagnard, indic’, chef de la police de Sûreté, inventeur puis détective privé de renom, la vie d’Eugène...

Histoires d'arnaques : du mail du prince nigérian aux "lettres de Jérusalem"
Savoirs
LE 21/06/2018

C'est un courriel qui atterrit dans la partie spams de votre boîte mail : un prince nigérian vous propose de l'aider à récupérer sa fortune en échange...

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.