LE DIRECT
Outre-Terre n°44. Le Nigeria, la charia et Boko Haram

Outre-Terre n°44. Le Nigeria, la charia et Boko Haram


L'Esprit du temps, 2015

Description

 La  résilience de la secte jihadiste Boko Haram met en évidence la  faiblesse de l’État dans le pays le plus peuplé d’Afrique, première économie du  continent d’après les statistiques de la Banque mondiale. Début 2015, la formation d’une  coalition régionale avec les armées du Niger, du Tchad et du Cameroun n’a pas  permis de mettre un terme aux activités du groupe, né vers 2002 dans le Borno à  l’extrême Nord-Est du Nigeria. Les déconvenues n’ont pas été que militaires. Sur  le plan politique, Boko Haram a également réveillé la peur du jihad des  Peuls du califat de Sokoto au XIXe siècle. Dans une nation inachevée et fragilisée par des élections très contestées en 2015, la crise a notamment exacerbé les clivages économiques et sociaux entre les chrétiens du Sud et le Nord du pays à dominante musulmane.  
En effet, l’insurrection de Boko Haram a pris l’ampleur d’une guerre  civile dans trois des 36 États de la fédération nigériane : le Borno, le Yobe et  l’Adamawa. Les combats ont fait fuir les investisseurs, ruiné le commerce et ravagé  l’économie agricole des régions septentrionales, aggravant les écarts de  développement avec les zones côtières et urbanisées de la façade Atlantique, qui sont plus éduquées  et ouvertes à la modernité occidentale. Aujourd’hui, le Nigeria paraît plus que jamais  divisé entre un Nord musulman et un Sud chrétien, quoi qu’il en soit de la dispersion  géographique des communautés de croyance à travers tout le pays.  

Les dernières publications sur Outre-Terre n°44. Le Nigeria, la charia et Boko Haram

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......