LE DIRECT

Polichinelle ou Divertissement pour les jeunes gens en quatre scènes


Macula, 2017

Description

Traduit de l'italien par Martin Rueff

« Ubi fracassorium, ibi fuggitorium – là où il y a une catastrophe, il y a une échappatoire. »

Dans Polichinelle ou Divertissement pour les jeunes gens, le philosophe Giorgio Agamben tente moins de percer le secret de Polichinelle que de l’exposer dans ses surfaces peintes et dans ses profondeurs de pensée pour l’offrir à notre méditation.

Le livre, en quatre scènes, se déploie sur plusieurs portées. C’est d’abord un livre d’art – Agamben commente les extraordinaires dessins que Giandomenico Tiepolo composa autour de la figure de Polichinelle. Il regarde au plafond des villas vénitiennes, contemple des fresques à Zianigo et plonge dans les archives du peintre pour dégager entre les gravures et les esquisses de Tiepolo une figure majeure de l’histoire de l’art. Tiepolo se consacre à Polichinelle au moment où Venise s’éteint (1797). L’étrange bossu à la chemise blanche correspondrait ainsi à une philosophie de l’histoire.

Mais il y a plus.

Les dessins de Tiepolo expriment une dernière manière – le vieux peintre choisit la figure de Polichinelle pour dire adieu au monde des hommes et au monde de l’art. Une dimension autobiographique subtile accompagne ces pages dans lesquelles Agamben se tourne lui aussi vers la question de l’âge et scrute dans Polichinelle un mystère de la vie. Le livre est ainsi ponctué par des dialogues à plusieurs voix où Tiepolo et le philosophe s’entretiennent avec le roi des gnocchis qui répond en dialecte.

Et pourtant, on ne saurait affronter une telle figure avec gravité. Polichinelle, c’est le défi du monde comique au sérieux de la philosophie. Agamben, en des pages inspirées, oppose la tragédie et la comédie au regard d’une philosophie du caractère, de l’action et de la liberté. Il retrouve alors un motif qui lui est propre : l’exposition de la vie nue, de la forme de vie, comme suspension et désœuvrement. Dans la figure de Polichinelle, un grand nombre d’oppositions majeures de la philosophie morale s’abolissent : caractère et destin, comique et tragique, action et inaction. Comme dans un tableau de Tiepolo, le lecteur est invité à regarder un philosophe regardant un Polichinelle regardant un masque. (Note de l'éditeur)

Les dernières publications sur Giorgio Agamben

Les dessous de la nudité
5 min
Le Journal de la philo
LE 08/04/2019

Qu’est-ce que la nudité ? Que veut dire que de se mettre tout nu ? Y a-t-il une différence entre la nudité et le dénudement ? Se mettre nu, est-ce la même...

Milan Kundera (2/4) : Une théorie du roman
59 min
La Compagnie des auteurs
LE 04/12/2018

Nous poursuivons la série consacrée à Milan Kundera et analysons dans cette deuxième émission, l'empreinte de l'écrivain dans la littérature contemporaine...

Venise ou l’inventivité permanente
59 min
L'Art est la matière
LE 18/11/2018

Venise est un théâtre, une exposition au Grand Palais en explore les coulisses. Entretien avec Catherine Loisel, conservatrice, et Macha Makaïeff, metteure...

Dominique Maisons "Tout le monde aime Bruce Willis" / Récit et image / Arménie / Intimité affective des présidents
59 min
Les Petits matins
LE 26/04/2018

Dominique Maisons vous parle de son polar "Tout le monde aime Bruce Willis", et Vahé Ter Minassian de l'Arménie. Les chroniques s'intéressent au sens,...

Ce que nos rêves peuvent transformer de la réalité
59 min
Les Petits matins
LE 14/09/2016

Où il sera question de Raymond Carver, de cheveux en liberté, des débuts d'un jeune psychanalyste, de la douleur au travail, de la limite du ciel, d'un...

image par défaut
58 min
image par défaut
10 min
image par défaut
1h

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.